Le cancer ORL

Christophe Le tourneau
22/03/2017
Partager
Les cancers ORL sont multiples : tête, cou, base du crâne, glandes salivaires… Ils touchent 19 000 nouveaux patients par an, 16 000 hommes et 3 000 femmes. 80 % sont des carcinomes épidermoïdes de la gorge et de la bouche.
Cancer Adulte - Cancer ORL
Aller directement à la section

Qu'est-ce que le cancer ORL ?

Il existe plusieurs types de cancers ORL. On les classe généralement en fonction de l’emplacement de la tumeur.

  • Cavité buccale : langue, mâchoire, plancher de la bouche, joue, palais, lèvres.
  • Oropharynx : amygdale, voile du palais, base de langue, vallécule.
  • Larynx : cordes vocales, épiglotte, bandes ventriculaires, sous-glotte.
  • Hypopharynx et margelle laryngée : sinus piriforme, paroi postérieure pharyngée, région rétro- aryténoïdienne, bouche de l'œsophage.
  • Massif facial : nez, fosse nasale, sinus de la face, base du crâne, orbite, fosse infratemporale.
  • Nasopharynx : région située en arrière des fosses nasales et des sinus de la face.
  • Glandes salivaires : parotide, glandes salivaires principales et accessoires
  • Tumeurs de la thyroïde.
  • Tumeurs cutanées de la face et du cou.
  • Sarcomes et autres tumeurs rares ou exceptionnelles.

Les facteurs de risque sont clairement identifiés. Au premier rang : le tabac, l’alcool, mais aussi certains virus comme le papillomavirus (HPV). Les cancers faisant suite à une infection HPV touchent essentiellement l’oropharynx, en particulier les amygdales et la base de la langue. Contrairement aux autres cancers ORL, les hommes et les femmes sont concernés à proportion égale. Alors que généralement les cancers ORL surviennent autour de 60 ans, ceux survenant suite au virus HPV, se développent dès 40-45 ans, mais ils sont de meilleur pronostic.

D’une manière générale, la guérison des cancers ORL dépend du caractère localisé ou au contraire étendu des lésions.

La prise en charge des cancers ORL à l’Institut Curie

Elle est assurée par une équipe pluridisciplinaire rendue possible par la présence dans l'institut de toutes les spécialités qui travaillent en collaboration proposant des soins standards et innovants à toutes les étapes de la maladie: chirurgie d’ablation des tumeurs, chirurgie de reconstruction, radiothérapie (tomothérapie, IMRT), chimiothérapie, thérapies ciblées, imagerie médicale, radiologie interventionnelle, anesthésie-réanimation et soins de support.

La prise en charge globale des patients atteints de cancers ORL repose sur des référentiels de traitements partagés par les médecins de l’équipe, en accord avec les règles de bonnes pratiques et les protocoles internationaux. Leur objectif est de traiter de la manière la plus efficace le cancer, en gardant toujours à l’esprit la qualité de vie du patient. Les médecins privilégient, quand cela est possible, les traitements qui conservent l’organe malade.

Le traitement est fonction de la localisation précise de la maladie et de son extension. Il est décidé lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) à laquelle participent les différentes spécialités médicales et partagé avec les patients au moment de la consultation d’annonce.

A un stade localisé, le traitement repose principalement sur la chirurgie et/ou la radiothérapie. En cas d’atteinte ganglionnaire ou d’extension à distance, une chimiothérapie pourra être proposée.

Lors de la chirurgie, les médecins essaient toujours de limiter les séquelles des traitements par des techniques de chirurgie réparatrice. La reconstruction a pour objectif de réparer et restaurer les organes et les tissus affectés. L’Institut Curie dispose d’un savoir-faire largement reconnu en dans ce domaine. 

La mise en commun des savoirs permet de rassembler les moyens techniques et humains spécifiques à cette maladie, avec des équipes performantes et une place reconnue dans les classements nationaux.

La recherche sur les cancers ORL à l'Institut Curie

Plusieurs essais cliniques sont actuellement en cours : ils concernent les différentes stratégies thérapeutiques : radiothérapie, chimiothérapie, chirurgie. L’immunothérapie a montré son efficacité et est disponible à l’Institut Curie dans le cadre d’essais cliniques.

L’Institut Curie dispose en outre de la plus grande banque mondiale d’échantillons de tumeurs ORL. En collaboration avec d’autres institutions, cette ressource fait l’objet d’études de recherche translationnelle afin de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la survenue de cette pathologie, mais aussi découvrir de nouvelle cible thérapeutique.