Manuela Romano

Expliquer les effets des immunothérapies

Catherine Brun
18/11/2019
Partager
« Certes, il y a des résultats avec deux checkpoints (PD-1 et CTLA-4) et c’est très positif, constate Daniel Olive. En revanche, d’autres stratégies contre d’autres checkpoints ne fonctionnent pas, c’est intrigant. Cela signifie que l’on n’a pas compris tous les mécanismes en jeu. Il faut donc un travail fondamental sans a priori pour y accéder. »

D’autres investigations visent à comprendre les mécanismes d’apparition de résistance au traitement – primaire (au début) ou secondaire (au cours du traitement) –, afin d’identifier des biomarqueurs prédictifs de la réponse.

Disposer de ces biomarqueurs permettrait de choisir les patients éligibles au traitement en épargnant aux autres une thérapie inutile.

Emanuela Romano, directrice médicale du Centre d’immunothérapie de l’Institut Curie.

D’autres travaux encore visent à comprendre la survenue d’effets secondaires avec l’objectif d’identifier des biomarqueurs de toxicité de manière à pouvoir les anticiper.