Protontherapie-traitement

Quels sont les effets secondaires de la protonthérapie ?

Céline Giustranti
13/10/2017
Partager
Bien que limitant au maximum l’irradiation au niveau des organes sains et donc les effets secondaires, la protonthérapie induit tout de même un certain nombre d’effets indésirables.

Comme tous les traitements, la protonthérapie peut entraîner des effets indésirables. Ils varient de façon importante d'un patient à l'autre. Ils dépendent de la dose (photons et protons) administrée, de la localisation du traitement ainsi que des réactions de chacun. Un traitement adapté est proposé si ces réactions surviennent.

Pour les tumeurs de l’œil

Les effets indésirables précoces sont rares et supportables et se superposent souvent à ceux de la chirurgie.
 Il peut néanmoins s'agir d'un œdème de la paupière, secondaire à la pose des écarteurs ou d'une irritation de la cornée, qui sera surveillé en cours de traitement par un ophtalmologiste.

Dans les suites immédiates d’une séance de traitement ou de simulation, il peut apparaître une sensation de vision floue par l’œil traité qui disparait au bout de 1 à 2 heures et qui est liée au collyre anesthésique.

Pour les tumeurs intra crâniennes

  • La fatigue : Elle est souvent peu importante mais des exercices doux (marche) et du repos peuvent la faire disparaître.
  • Les maux de tête, nausées ou vomissements : Ils sont la conséquence d'un œdème réactionnel au sein ou autour de la tumeur qui réagit à l'irradiation. Cet œdème peut entraîner une irritation de la zone du cerveau contrôlant les nausées et-ou vomissements.
  • L'alopécie ou chute des cheveux : Secondaire aux rayons, elle est transitoire et n'apparaît que là où passent les rayons, les cheveux repoussent dans les 3 à 6 mois. En cas d'association avec une chimiothérapie, la chute de cheveux peut être totale.
  • L'érythème ou rougeur de la peau : Elle est transitoire et disparaît dans les 2 à 3 semaines après l'irradiation. Après l'irradiation, l'exposition directe au soleil doit être évitée. Pendant un an, le port d'un couvre-chef est souhaitable lors de l'exposition au soleil.
  • La perte du goût et de l'appétit : Elles peuvent être liées ou apparaître de façon indépendante. Elles s'améliorent souvent lentement après le traitement, de quelques semaines à quelques mois.
  • L'anxiété et la dépression : Légitimes, elles doivent être combattues. Une aide psychologique peut être proposée et un traitement adapté prescrit si nécessaire. L'anxiété et la dépression peuvent entraîner des troubles du sommeil et ou de l'alimentation.
  • L'inflammation des muqueuses : Pour les tumeurs basses, proches du rachis cervical, l'irradiation peut irriter la muqueuse pharyngée.