Crédit Agricole Ile de France Mécénat

Caroline Giboulet
10/06/2021
Partager
En 2021, Crédit Agricole Ile-de-France Mécénat renouvelle son soutien au centre de recherche de l’Institut Curie en permettant à une jeune chercheuse de talent de mener ses travaux de recherche contre le cancer.
Crédit Agricole Ile de France Mécenat

2021 - Soutien à un projet de recherche sur l’immunothérapie

En 2021, Crédit Agricole d’Ile-de-France Mécénat soutient la jeune chercheuse Livia Lacerda Mariano, postdoctorante au sein de l’équipe du Dr Ana-Maria Lennon-Duménil qui travaille sur la dynamique spatio-temporelle des cellules du système immunitaire. Ce soutien va permettre à Livia Lacerda Mariano d’approfondir pendant un an ses travaux de recherches sur de nouvelles stratégies thérapeutiques avec l’espoir d’étendre les bénéfices de l’immunothérapie à davantage de patients en cancérologie.

Le saviez-vous ? Développer l’efficacité de l’immunothérapie, un enjeu dans la lutte contre le cancer

Depuis une dizaine d’années, l’immunothérapie a révolutionné le traitement des cancers mais elle n’est efficace que pour certains cancers et seulement pour 26 à 40% des patients. Au lieu de s’attaquer directement aux cellules tumorales, l’immunothérapie aide le système immunitaire à les reconnaître et à les détruire.

En partant d'une découverte récente de l'équipe du Dr Ana-Maria Lennon-Duménil (AMLD), sur le fait que la stimulation du canal de calcium lysosomal Mcoln1/TRPML1 augmente la migration des cellules du système immunitaire, Livia Lacerda Mariano (LLM) démarre son projet de recherche avec l'objectif d’augmenter l’infiltration des cellules du système immunitaire dans les tumeurs, puisqu’on on sait aujourd’hui qu’il s’agit d’une des limitations majeures des immunothérapies du cancer. En effet, ces thérapies fonctionnent chez moins de 40% des patients (selon le type de cancers), notamment parce que les cellules immunitaires pouvant éliminer les tumeurs, telles que les lymphocytes et les cellules dendritiques, sont souvent incapables de les pénétrer. Ceci empêche les anticorps utilisés en immunothérapie (appelés « inhibiteurs de points de contrôle »), dont la fonction est d’activer le potentiel anti-tumoral de ces cellules anti-tumorale, d’être efficaces.

Afin de préparer l'arrivée de Livia au sein de l'équipe, des expériences préliminaires ont été effectuées qui ont rélévé qu'une petite molécule nommée MLSA1, qui stimule l’activité de Mcoln1/TRPML1, augmente significativement l’efficacité de l’anticorps anti-PD1 (« inhibiteur de point de contrôle » appelé Nivolumab) utilisé en immunothérapie. 

Ces résultats préliminaires ouvrent des possibilités inespérées dans le développement de nouvelles stratégies d’immunothérapies des cancer puisqu’ils suggèrent qu’en combinant les thérapie ciblées telles que l’anti-PD1 avec MLSA1, on pourrait considérablement augmenter l’efficacité de ces immunothérapies chez les patients atteints de cancer et ne répondant pas ou mal à ce traitement.

« L’enjeu de ce projet est de mieux comprendre les mécanismes d’action de ces nouvelles thérapies, et d’étendre leur utilisation auprès de certains patients qui aujourd’hui ne peuvent en bénéficier. Les travaux de cette jeune chercheuse sont prometteurs et notre fonds de dotation est fier de la soutenir. »

Etienne de Magnitot Président du Crédit Agricole d’Ile-de-France et de son fonds de dotation

 

2016 - Financement d’une étude sur les nouvelles approches thérapeutiques anticancéreuses des cancers du sein

Déjà en 2016, Crédit Agricole d’Ile-de-France Mécénat avait apporté son soutien au Centre de Recherche de l’Institut Curie en finançant une bourse de recherche au jeune chercheur  Elie Hatem, postdoctorant au sein au sein de l’équipe « Stabilité des génomes et stress génotoxiques ». Basée sur le site d’Orsay dans l’Essonne, cette équipe est dirigée par le professeur Meng Er Huang.

Cette bourse a permis à Mr Elie Hatem de poursuivre ses recherches sur une nouvelle stratégie thérapeutique anticancéreuse prometteuse pour prendre en charge les cancers du sein triple négatif. Ces cancers représentent un enjeu en termes de santé publique car à ce jour il n’existe aucune thérapie ciblée efficace pour traiter les femmes atteintes de cette forme de cancer (15–20% des cancers du sein). Grâce aux recherches menées par Elie Hatem nous avons franchi une étape essentielle dans le développement de cette nouvelle stratégie thérapeutique. Les résultats   ont permis de conclure que des combinaisons basées sur la molécule auranofin pourraient être efficaces contre le cancer du sein triple négatif et ouvre la voie au développement d’essais cliniques.

Bourse post-doctorant - Crédit Agricole Ile de France
François Imbault, Elie Hatem, post-doctorant, Pr. Thierry Philip, Président du Directoire de l'Institut Curie et Pr. Meng Er Huang, responsable de l'équipe "Stabilité des génômes et stress génotoxiques"

 

Pour en savoir plus https://ca-paris.com/institut-curie-immunotherapie/

En savoir plus sur l'immunothérapie
Ils nous soutiennent
ils nous soutiennent
Ils nous soutiennent

Merci à nos généreux mécènes, partenaires, associations et parrains. Ce soutien aux côtés des chercheurs et des…

Devenir mécène
Zoom sur ...