La lutte contre la douleur chronique

Emmanuelle Manck
30/03/2017
Partager
De la chirurgie à l’hypnose en passant par les médicaments, l’Institut Curie réunit toutes ses compétences et ses outils pour prévenir et traiter les douleurs chroniques pouvant affecter les patients atteints de cancer.
Lutte contre la douleur chronique

Tumeur qui comprime un organe sensible, muqueuses lésées par une chimiothérapie, cicatrisation difficile après une chirurgie, inflammations dues à la radiothérapie…. Le cancer peut provoquer différents types de douleurs. Si celles-ci durent plus de 3 mois, elles deviennent "chroniques".  Elles peuvent retentir sur la qualité de vie et favoriser une souffrance psychologique.

Des armes efficaces pour vaincre la douleur

A l’Institut Curie, la douleur du patient fait l’objet d’une évaluation pour un diagnostic précis. Les traitements préventif et curatif sont adaptés à chaque situation et tout au long de son parcours de soins.

Les modalités du traitement de la douleur chronique revêtent une grande importance dans sa prise en charge : les médecins et soignants de l’Institut Curie mettent tout en œuvre pour prévenir l’apparition de la douleur et la traiter la plus efficacement possible avec le souci de diminuer au maximum les effets secondaires et de garantir un plus grand bien-être au patient.

Autant que possible, la cause de la douleur sera traitée : chimiothérapie pour la réduction d’une masse tumorale, chirurgie pour la décompression d’un organe, radiothérapie d’une métastase osseuse douloureuse, infiltrations articulaires etc. Les médecins disposent également d’un arsenal de médicaments antalgiques aux différents modes d’action pour lutter contre la douleur elle-même.

Des techniques antalgiques plus spécifiques peuvent également être employées, comme...

  • la radiologie interventionnelle  à visée antalgique ;
  • la radiofréquence ;
  • la cimentoplastie des os fragilisés ;
  • l’application de patches de capsaïcine ;
  • l’injection d’antalgiques au contact de la moelle épinière (analgésie intrathécale).  

Faire bénéficier aux patients le plus rapidement possible les progrès  de la médecine dans le domaine de la douleur constitue une priorité pour l’Institut Curie. En effet, développer de nouvelles méthodes de prise en charge reste  essentiel pour l’équipe en charge de la douleur. Ainsi, des traitements innovants, tels que l’injection locale  de toxine botulique en cas de douleurs neuropathiques rebelles, sont en cours d’intégration dans l’Institut.

Des approches complémentaires douces et une grande attention

Pour prévenir et traiter les douleurs chroniques, des solutions non médicamenteuses comme l’hypnose, la relaxation, la sophrologie ou l’auriculothérapie sont également proposées. Ces médecines complémentaires permettent souvent de diminuer les doses de médicaments.

Les médecins et les professionnels de soins spécialisés de l’unité Douleur apportent également écoute et compréhension au patient et à son entourage. Ces professionnels travaillent ensemble et unissent leurs compétences pour prendre en charge au mieux la souffrance dans toutes ses dimensions.

Des ateliers d’éducation thérapeutique ont également été mis en place pour permettre aux patients de mieux comprendre leurs douleurs et ainsi mieux les gérer. Ils sont par ailleurs un lieu d’échange entre les professionnels de santé et avec d’autres patients dans le cadre d’ateliers de groupe.

Les multiples compétences de l’Unité Douleur de l’Institut Curie

Les équipes spécialisées dans la prise en charge de la douleur présentes sur les sites de Paris et Saint-Cloud comptent des médecins anesthésistes réanimateurs, médecins de la douleur, médecins de soins de support, neurochirurgiens, psychiatres et psychologues, hypnothérapeutes, orthopédistes,  cadres et infirmières spécialisées, radiologues et radiothérapeutes. Chaque année, l’Unité douleur prend en charge plus de 3000 patients en consultation.  La permanence médicale pour le traitement de la douleur est assurée par une garde sur place d’un médecin anesthésiste réanimateur en contact avec un médecin douleur.

En cas d’urgence douleur

  • dans la journée (de 9h à 18h) : les patients peuvent téléphoner au secrétariat douleur pour un RDV en urgence (délai maximum pour un RDV : une semaine) ou être pris en charge dans la journée en se présentant à l’Unité de consultation non programmée après appel téléphonique.
  • pendant la nuit, les patients peuvent être conseillés et pris en charge par le médecin réanimateur de garde de 18h à 9h sur appel du standard.