Le Dr Pouget prend la tête du service chirurgie gynécologique et sénologique l’Institut Curie - Saint-Cloud

14/12/2021
Partager
Depuis le 1er décembre 2021, Nicolas Pouget est devenu chef du service Chirurgie gynécologique et sénologique du site de Saint-Cloud de l’Institut Curie. Le chirurgien, spécialiste des cancers gynécologiques et mammaires nous explique les enjeux de cette prise de fonction.
Nicolas Pouget 2

Pouvez-vous nous présenter votre service?

Grâce notamment au souffle apporté par le Pr Roman Rouzier, le service de Chirurgie du site de Saint-Cloud de l’Institut Curie est aujourd’hui une référence régionale et nationale. C’est une lourde charge que de succéder à ce passionné de chirurgie, d’enseignement et de recherche mais cela constitue aussi un défi passionnant. Je le remercie chaleureusement de ce passage de témoin et lui souhaite une aussi grande réussite à Caen qu’à Saint-Cloud.

Le service de chirurgie de Saint-Cloud, c’est :

Le bloc, que je dirige en binôme avec le Dr Aline Albi-Feldzer, la cheffe du service d’anesthésie et le service d’hospitalisation (conventionnelle et ambulatoire). Il existe un défi managérial pour entretenir le bon fonctionnement de ces différentes équipes. La période actuelle pointe la fragilité de l’équilibre de nos structures et c’est l’occasion pour moi de remercier et féliciter l’ensemble des personnels qui nous aident jour et nuit à prendre en charge les patients (infirmiers, aides-soignants, secrétaires, etc.). Nous avons la chance d’avoir des rapports privilégiés entre équipes d’anesthésie et de chirurgie.

L’équipe de chirurgie gynécologique et sénologique rassemble 12 chirurgiens, un poste de chef de clinique, deux postes d’internes, un poste de docteur junior et régulièrement deux à trois internes d’autres CHU. Par ailleurs, deux à trois étudiants en master 2 de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, qui sont encadrés par le Dr Claire Bonneau, chirurgienne, affiliée à l’équipe Inserm U900 et prochainement maître de conférence des universités-praticien hospitalier (MCU-PH).

 

Quelle est l’offre de soin du service ?

L’offre de chirurgie gynécologique, sénologique et reconstructrice s’intègre avant tout dans son territoire : nous prenons en charge un grand nombre de cancers de l’ouest parisien. Pour cela, nous collaborons, en plus du site parisien de l’Institut Curie, avec de nombreux grands hôpitaux de la région : Foch, Ambroise-Paré ou le Centre Hospitalier des Quatre Villes (CH4V) pour des circuits de soins ou de prélèvements, Eaubonne, Poissy et Montfermeil avec lesquels nous avons des postes partagés. D’autres collaborations sont aussi à l’étude avec Versailles ou certains hôpitaux du sud de l’Ile-de-France.

En tant qu’hôpital dédié à la prise en charge du cancer, nous avons su créer un parcours de soin particulièrement fluide et efficace pour les patients. La chirurgie est souvent le point d’entrée dans le parcours de soin, avant que les patients ne soient pris en charge par les équipes de radiothérapie, d’oncologie médicale ou de soins de support. Là encore, les échanges entre les différents services se passent très bien.

Je suis par ailleurs président de la commission médicale d’établissement (CME) de l’Institut Curie et membre du comité de direction. Cette double casquette m’assure une vue d’ensemble. C’est intéressant car, la pandémie l’a bien montré, dans un hôpital, tout est mouvant. Les équipes doivent sans cesse s’adapter.

 

Quels sont vos projets en tant que chef de service ?

En 2022, le département de chirurgie dirigé par le Dr Olivier Choussy souhaite se doter de robots. Ce projet est soutenu par la direction et c’est ensemble, avec nos collègues de Paris, que nous allons définir les modalités précises de cette transition.

En 2022 toujours, l’hôpital va occuper les nouveaux locaux aujourd’hui en construction. Les changements de circuits devront faire l’objet de l’attention de tous. De nouveaux collaborateurs sont aussi attendus et notamment des laboratoires de recherche. Nous nous réjouissons des collaborations futures avec eux.

En 2023, un projet d’extension du bloc opératoire est prévu dès le début de la phase de rénovation prévue à la suite de la livraison du bâtiment neuf. Celui-ci offrira deux salles supplémentaires et cela constituera une possibilité pour nous de faire croitre l’équipe et le recrutement. Sans attendre cette échéance, une cinquième salle de bloc opératoire sera mise à disposition par notre voisin le Centre Hospitalier des Quatre Villes dans les prochains mois pour répondre à une demande croissante des patients.

Pour aller plus loin