Actualité - Cancers du sein

Cancer du sein : les CTC facteur principal du risque de thrombose

Céline Giustranti
11/09/2017
Partager
La présence de cellules tumorales circulantes (CTC) dans le sang augmente les risques de thrombose au cours du cancer du sein métastatique. C'est même le facteur principal, d'après les analyses des médecins-chercheurs de l’Institut Curie
laboratoire-recherche

Le champ des informations portées par les cellules tumorales circulantes n’arrête pas de s’étendre. Ces cellules « échappées » de leur tumeur d’origine circulent dans le sang. Certaines d’entre-elles iront s’implanter dans un nouvel organe pour former des métastases. Les repérer et les compter apportent donc des informations sur les risques de rechutes, voire les risques de développer des métastases. « Selon le type de cancer, leur signification varie et toute la difficulté consiste à interpréter ces données » explique le Pr François-Clément Bidard, oncologue médical à l’Institut Curie, spécialistes de ces biomarqueurs circulants. Au-delà de l’évaluation du risque, les cellules tumorales circulantes peuvent être un marqueur de la réponse thérapeutique, autrement dit informer sur l’efficacité du traitement.

 

CTC : une source d’information abondante

« Dans les cancers du sein métastatique, le taux de CTC est un facteur pronostique majeur : plus leur taux est élevé, plus le pronostic est défavorable. Nous venons également de montrer que la présence de CTC dans le sang favorise la survenue de thrombose (phlébite, embolie pulmonaire) chez ces patientes, » rappelle François-Clément Bidard. Dans une étude clinique du Dr Guillaume Beinse sous la supervision de François-Clément Bidard et de Frédérique Berger, du service de biostatistiques et coordonnée par le Pr Jean-Yves Pierga, chef du département d’Oncologie médicale, le taux de CTC apparaît même comme le facteur principal de risque de survenue de thrombose chez les patientes atteintes de cancer du sein métastatique, justifiant sa publication dans le meilleur des journaux consacrés à la coagulation sanguine. « Ces nouvelles données pourraient expliquer l’association entre survenue de thromboses chez les patients atteints de cancer métastatique et progression tumorales lors d’une résistance au traitement : lors d’une progression tumorale, le nombre de CTC dans le sang par les masses tumorales augmente significativement, pic qui coincide avec les périodes les plus à risque de thrombose. In fine, ces résultats pourraient mener à un essai clinique où serait proposé un traitement prophylactique des thromboses en fonction du risque mesuré par la présence de CTC ».

Les CTC – accessibles par une simple prise de sang – renseignent sur la nature du cancer, la progression tumorale, la réponse au traitement et désormais sur le risque de thrombose. Leur détection ouvre de nombreuses perspectives, allant de la détermination de la nature du cancer au risque de récidive, en passant par le choix du traitement le plus adapté et le suivi de la réponse à ce traitement. Compte-tenu du fort potentiel de la détection dans le sang de biomarqueurs issus du cancer, l’Institut Curie leur dédie une équipe de recherche translationelle, l’équipe Biomarqueurs Tumoraux Circulants, qui se consacre entièrement à leur décryptage.

 

En savoir plus : les enjeux des Cellules Tumorales Circulantes (CTC)

  • Améliorer l’évaluation du pronostic des cancers
  • Diagnostiquer précocement les rechutes avant même qu’elles soient visibles par les techniques traditionnelles d’imagerie
  • Personnaliser le traitement en fonction des caractéristiques biologiques des CTC
  • Identifier de nouveaux biomarqueurs évaluant l’efficacité thérapeutique

 

Circulating tumor cell count and thrombosis in metastatic breast cancer.

Beinse G, Berger F, Cottu P, Dujaric ME, Kriegel I, Guilhaume MN, Diéras V, Cabel L, Pierga JY, Bidard FC.

J Thromb Haemost. 2017 Aug 5. doi: 10.1111/jth.13792.