Actualité - Cancers du sein

Prédisposition aux cancers du sein et de l’ovaire : plus de gènes à analyser

Céline Giustranti
17/11/2017
Partager
Trois gènes sont clairement identifiés comme augmentant le risque de développer un cancer du sein et de l’ovaire. Toutefois ils n’expliquent pas, à eux seuls, toutes les formes héréditaires de ces deux cancers.

laboratoire-recherche

BRCA1 et BRCA2 et PALB2, ce sont les trois gènes qui dès lors qu’ils sont mutés sont associés à un risque supérieur de développer un cancer du sein ou de l’ovaire.

Comme le rappelle Dominique Stoppa-Lyonnet, professeure à l’université Paris Descartes et cheffe du service de génétique de l’Institut Curie : « 72 % des femmes porteuses d’une altération du gène BRCA1 développeront avant l’âge de 80 ans un cancer du sein et 44% un cancer de l’ovaire. Chez les femmes porteuses d’une altération BRCA2, les risques sont respectivement de 69% et 17%. En ce qui concerne le risque ovarien associé à PALB2, il n’est aujourd'hui pas établi, mais de mon point de vue il est probable et plus faible que celui de BRCA2. A ce jour, il n'y a pas de recommandation d'annexectomie en cas d'altération PALB2. »

Face à un contexte familial ou personnel évocateur d’une prédisposition héréditaire au cancer du sein ou de l’ovaire, une recherche de prédisposition génétique s'impose. Toutefois parfois aucune altération de ces 3 gènes n’est détectée. Il existe très certainement d’autres gènes associés à un risque accru de développer un cancer du sein ou de l’ovaire. Quels gènes analyser alors ? C’est à cette question que s’est attelée le Groupe Génétique et Cancer (GGC) – UNICANCER auquel participe activement Nadine Andrieu et Antoine de Pauw de l’Institut Curie. En l’absence de donnée, il existe une disparité dans le choix des gènes analysés en panel ainsi que dans le dépistage et la prévention des personnes porteuses d’une mutation de l’un de ces gènes.

Grâce à une analyse critique de la littérature le GGC a établi une liste de 13 gènes devant être étudiée face à un risque héréditaire du cancer du sein et de l’ovaire.

Il est donc désormais recommandé d’analyser les gènes BRCA1, BRCA2, PALB2, TP53, CDH1, PTEN, RAD51C, RAD51D, MLH1, MSH2, MSH6, PMS2 et EPCAM devant un contexte évocateur d’une prédisposition héréditaire aux cancers du sein ou de l’ovaire.

En savoir plus