Actualité - Cancers du sein

Prédisposition génétique et cancer : de nouveaux facteurs identifiés

Mathilde Regnault
23/06/2017
Partager
Une vaste étude auprès de plus de 10000 femmes porteuses de gènes BRAC1 et BRCA2 montre que l’histoire familiale et la place de la mutation génétique sur le gène influencent la probabilité de développer un cancer.
Cancers du sein et risques génétiques

C’est une étude internationale sans précédent, notamment par son nombre d’inclusions : plus de 10000 femmes porteuses de mutations de BRCA1 ou 2 ont été incluses, dont 1600 issues de la cohorte GENEPSO d’Unicancer, pour laquelle l’Institut Curie a joué un rôle important.

Premier enseignement : l’étude, qui vient d’être publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), précise le risque de développer un cancer selon la mutation. Ainsi, les femmes porteuses d’une mutation sur BRCA1 développeront pour 72% d’entre elle un cancer du sein et pour 44% un cancer de l’ovaire à 80 ans. Chez les femmes porteuses d’une mutation sur BRCA2, le risque est respectivement de 69% et 17%.

Autre découverte : l’histoire familiale de la patiente et la place de la mutation sur le gène jouent également un rôle dans la probabilité de développer un jour un cancer. "Si une femme porteuse d’une mutation a, dans sa famille proche, une autre femme qui a un cancer du sein, alors son risque de cancer est plus élevé que celui d’une femme qui aurait la même mutation mais qui n’aurait pas d’antécédents de cancer du sein dans sa famille", détaille Nadine Andrieu, directrice de recherche Inserm à l’Institut Curie et membre du Groupe génétique et cancer d’Unicancer, la fédération des Centres de lutte contre le cancer.

Ces découvertes devraient permettre d’ajuster et surtout de personnaliser le suivi des femmes porteuses de mutations génétiques, complétant ainsi les recommandations françaises en matière de surveillance et de prévention.

Lire le communiqué complet sur le site d'Unicancer