Actualité - Distinction

Daniele Fachinetti reçoit un financement pour ses recherches sur les centromères

Valérie Devillaine
23/04/2019
Partager
Daniele Fachinetti, à la tête de l’équipe Mécanismes moléculaires de la dynamique des chromosomes a reçu une bourse du Human Frontier Science Program. Son but : mieux comprendre les anomalies de répartition des chromosomes, que l’on retrouve dans un grand nombre de fausses couches et dans les trisomies.
Daniele Fachinetti

Human Frontier Science Program est un programme de recherche international qui finance des recherches de pointe, sur les mécanismes les plus complexes des organismes vivants, aux « frontières » de notre connaissance et de notre compréhension des phénomènes biologiques. Des recherches qui doivent impliquer des chercheurs de différents pays et des recherches à haut risque, dont les résultats sont incertains. Daniele Fachinetti fait partie des heureux lauréats de la promotion 2019 de ce programme. Il est récompensé et encouragé dans la catégorie des jeunes chercheurs pour son travail sur les centromères. Les centromères sont un point central des chromosomes, à la croisée de leurs deux bras. C’est à partir de ce point stratégique, associant ADN et protéines spécifiques, que les deux exemplaires d’un chromosome se séparent lors de la formation des cellules sexuelles (ovocytes et spermatozoïdes) notamment. Des anomalies de ce processus peuvent conduire à des cellules anormales incapables de donner naissance à un embryon viable, et sont à l’origine de près de 35 % des fausses couches.

Ces anomalies augmentent avec l’âge des femmes et elles peuvent aussi conduire à des anomalies du nombre de chromosomes. Celles-ci se manifestent dans les trisomies, trisomie 21 en particulier, qui représente 1 naissance sur 1 100 dans le monde. Quels mécanismes moléculaires sont à l’origine de ces anomalies, et comment augmentent-elles avec l’âge maternel, demeurent encore des questions sans réponses. Daniele Fachinetti a donc proposé un projet pluridisciplinaire pour étudier l’impact de l’âge maternel sur les ovocytes de mammifères. Avec son équipe, il étudiera d’abord les fondements structurels d’une telle mauvaise répartition des chromosomes. Puis il déterminera la probabilité, pour chaque paire de chromosomes d’une cellule de mammifère, d’être victime d’une de ces anomalies. Enfin, il examinera comment la composition des centromères influence ces erreurs.

Pour atteindre ces objectifs, il s’adjoindra l’expertise d’autres chercheurs maitrisant différentes techniques de pointe (dégradation des protéines, outils de microscopie, ingénierie du génome, reconstruction 3D des structures cellulaires et centromériques. L’équipe de Daniele Fachinetti, celle du Dr Binyam Mogessie, de l’Université de Bristol (Royaume-Uni), et celle du Dr Stefanie Redemann, de Charlottesville (Etats-Unis) pourront donc se partager une enveloppe du HFSP de 350 000 $ par an pendant trois ans.