Actualité - Générosité

Visite d’Angelina Jolie à l’Institut Curie : « Un moment très touchant et très humain »

Catherine Goupillon
21/10/2019
Partager
Angelina Jolie s’est rendue à l’Institut Curie, le premier centre français de recherche et de lutte contre le cancer, à la rencontre des patients, des médecins et des chercheurs pour échanger sur les dernières découvertes en cancérologie.
AJolie visite Curie

Le samedi 19 octobre, l’Institut Curie a reçu Angélina Jolie, réalisatrice et humanitaire, le temps d’une visite du Musée Curie, de ses laboratoires et de son hôpital parisien à la rencontre des médecins et des chercheurs. Angelina Jolie a terminé sa visite au service des Adolescents et Jeunes adultes (AJA) pour passer du temps avec les jeunes patients atteints d’un cancer et leurs familles.

Un moment très touchant et très humain de voir médecins et chercheurs du monde entier travaillant chaque jour main dans la main pour trouver les traitements de demain contre le cancer et aider des patients, dont la plupart sont des jeunes enfants.

J’ai vraiment perçu la relation étroite qu’entretiennent les équipes de médecins et chercheurs avec les patients et leurs familles, qui se battent contre le cancer avec tant d’amour et de tendresse. 

J’ai été particulièrement touchée par un jeune patient qui m’a confié vouloir devenir médecin plus tard afin d’aider les équipes médicales qu’il admire tant aujourd’hui.

De nouvelles avancées et de nouveaux traitements contre le cancer voient le jour. Ce que je retiens de ma propre expérience c’est l’importance d’être informé de ses propres options

a annoncé Angelina Jolie à l’issue de sa visite à l’Institut Curie.

Dès son arrivée au Musée Curie, Angelina a été reçue par le Pr Alain Puisieux, directeur du Centre de Recherche et le Pr Pierre Fumoleau, directeur général de l’Ensemble Hospitalier, et s’est familiarisée avec l’histoire de l’Institut Curie, et l’héritage précieux de sa créatrice, Marie Curie.  

La visite s’est ensuite poursuivie au cœur des laboratoires du Centre de Recherche où elle a pu échanger avec trois cheffes d’équipes spécialisées dans la recherche contre le cancer du sein et de l’ovaire pour faire le point sur les travaux et les dernières découvertes : Céline Vallot, qui dirige l’équipe Dynamique de la plasticité épigénétique dans le cancer, Silvia Fre, cheffe de l’équipe La Voie de signalisation Notch dans les cellules souches et les tumeurs, et Fatima Mechta-Grigoriou, cheffe de l’équipe Stress et Cancer.

Ces trois équipes concentrent leurs recherches sur 15% des cancers les plus agressifs sur lesquels des résistances aux traitements persistent.

Ces dernières années ont permis de caractériser les mécanismes intimes qui conduisent au développement d’une tumeur, tout en mettant en évidence leur complexité et leur diversité. Chaque tumeur représente un écosystème complexe de cellules cancéreuses et de cellules normales. Le dialogue et les échanges entre ces cellules déterminent l’évolution clinique de la pathologie et sa réponse aux traitements. Les travaux entrepris par nos équipes visent à caractériser cette diversité intra-tumorale, en particulier par des approches d’analyse de cellule unique, pour prédire l’évolution tumorale et adapter au mieux la thérapeutique pour chaque patient.

a expliqué le Pr Alain Puisieux, directeur du Centre de Recherche.

Lors de sa visite à l’hôpital, Angelina Jolie a rencontré le Dr Lounes Djerroudi, pathologiste et Rémi Goudefroy, cadre de laboratoire à l'Institut Curie et le Pr Dominique Stoppa-Lyonnet, cheffe du service de génétique de l’Institut Curie, qui en 1991, a ouvert l’une des premières consultations de génétique dédiées aux prédispositions aux cancers du sein et de l’ovaire. 

On estime que 120 000 femmes pourraient être prédisposées en France. Un chiffre qui pousse l’Institut Curie, acteur de référence dans la lutte contre les cancers et pionnier de l’oncogénétique en France, à alerter sur l’importance d’une prise en charge adaptée des femmes à haut risque.

Les cancers héréditaires concernent potentiellement un grand nombre de familles et nous devons mieux informer les femmes de l’existence de ces prédispositions, pour améliorer le suivi des personnes à risque partout en France.Le témoignage d’Angelina Jolie en mai 2013 sur son choix de subir une mastectomie préventive du fait d’une altération du gène BRCA1 a eu un formidable impact sur toutes les femmes qui s’interrogent sur leur propre risque de développer un cancer du sein. Son témoignage a libéré la parole, a doublé la demande de tests BRCA à l’Institut Curie et dans la plupart des consultations de génétique en Europe et a facilité la discussion de la chirurgie prophylactique sans pour autant y conduire de façon systématique. Angelina Jolie, respectueuse des femmes, avait précisé « It is my own choice ».  L’identification des gènes BRCA1 et BRCA2 a ouvert une nouvelle ère dans le domaine de la biologie des cancers et a permis le développement d’une nouvelle classe de médicaments. Parmi les priorités pour le futur, on peut lister l’estimation individuelle des risques même en cas d’altération BRCA : en effet, nous devons comprendre pourquoi certaines femmes, porteuses d’une altération BRCA1 ou BRCA2 seront touchées par un cancer à l’âge de 30 ans, voire avant, pendant que d’autres n’y seront pas confrontées du tout. L’évaluation du risque individuel associé au choix de la patiente nous aidera à définir pour chaque femme sa meilleure prise en charge.

a expliqué le Pr Dominique Stoppa-Lyonnet, cheffe du service de génétique de l’Institut Curie.

La visite s’est terminée au service Adolescents et Jeunes adultes où Angelina Jolie a été reçue par le Dr Valérie Laurence et où elle a pu passer un long moment en compagnie des jeunes patients et leurs familles et a salué le personnel présent.

Plus de 700 jeunes patients atteints de cancer sont suivis chaque année à l’Institut Curie au sein du département SIREDO pour Soins, Innovation, Recherche, en oncologie de l’Enfant, de l’aDOlescent et de l’adulte jeune : il regroupe les forces vives de l’Institut qui se consacrent aux cancers touchant les moins de 25 ans. Cette unité pluridisciplinaire dédiée (AJA) dirigée par le Dr Valérie Laurence et dotée d'un personnel qualifié, permet à ces jeunes patients d’avoir un cadre propice à un accompagnement médical et humain au plus près de leurs besoins et à une bonne compliance thérapeutique, tout en accompagnant leurs projets de vie. 

a précisé le Pr Pierre Fumoleau, Directeur général de l’Ensemble Hospitalier de l’Institut Curie.

Visite A. Jolie
Visite A. Jolie
Visite A. Jolie
Visite A. Jolie
Communiqué de presse