Actualité - Immunothérapie

Eliane Piaggio : l’immunothérapie pour tous

Julia Vollerin
06/11/2017
Partager
Chef de l’équipe TransImm : Immunothérapie Translationnelle, Eliane Piaggio est, depuis le 7 novembre 2017, lauréate de la première édition du prix Curie. Portrait d’une femme scientifique charismatique travaillant dans l’ombre aux progrès de l’immunothérapie.
Eliane Piaggio

Eliane Piaggio, immunologiste arrivée à l’Institut Curie en février 2013, a rejoint l’équipe de Sebastian Amigorena (unité immunité et cancer Inserm U932/Institut Curie) pour y mettre à profit sa…

L’objet de toutes ses attentions : l’immunothérapie. Eliane Piaggio, argentine arrivée en 2013 à l’Institut Curie, dirige aujourd’hui l’équipe d’immunologie translationnelle, labélisée SIRIC (SIte de Recherche Intégrée sur le Cancer) dans l’unité Immunité et Cancer INSERM. La chercheuse définit l’immunothérapie comme « le fait de traiter un patient atteint d’un cancer avec son propre système immunitaire ». Son équipe de recherche translationnelle travaille étroitement avec les équipes de recherche fondamentale et les équipes cliniques coordonnant les essais précoces afin de préciser les mécanismes sous-jacents à l’efficacité – ou au manque d’efficacité – des immunothérapies. Le lien hôpital – recherche est primordial : les chercheurs se fondent sur les observations ou les hypothèses émises en clinique et ont accès aux échantillons prélevés chez les patients.

Immunothérapie : des espoirs à étendre à tous les patients

Le constat de départ est celui-ci : si l’immunothérapie représente une révolution dans le traitement du cancer,  elle ne fonctionne pas chez tous les patients. Eliane Piaggio et son équipe se consacrent à comprendre pourquoi pour, à terme, proposer des réponses à la problématique. Quatre champs de recherche sont explorés:

  • étude du fonctionnement des immunothérapies,
  • identification de biomarqueurs pour, à terme, identifier quel patient pourrait bénéficier de quelle immunothérapie,
  • développement des immunothérapies personnalisées,
  • comparaison du fonctionnement des monothérapies par rapport aux thérapies combinées.

Le laboratoire dirigé par Eliane Piaggio s’est engagé dans l’étude du mode d’action des immunothérapies, et plus précisément, il explore la piste des ganglions lymphatiques. Ces petits organes sont le lieu de prolifération et de différenciation des cellules immunitaires. Les recherches portent sur une comparaison détaillée entre le profil immunitaire des ganglions lymphatiques envahis par des cellules tumorales et celui des ganglions non envahis.

 « Je suis ravie de travailler à l’Institut Curie,  je me sens comme dans une entreprise familiale » : là, est aussi aux yeux d’Eliane Piaggio, l’esprit Curie. Pourtant elle n’en est pas à sa première aventure professionnelle. C’est après une thèse en Argentine, une expérience en laboratoire d’analyses médicales et deux post-docs à la Pitié Salpêtrière à Paris et au CPTP à Toulouse, que la biologiste a intégré l’Institut Curie. De plus, elle a été Secrétaire Générale de la Société Française d'Immunologie, donne des cours à l’université et organise régulièrement des congrès. Aux yeux de cette scientifique douée et hyperactive, faire partie de l’Institut Curie est une récompense, un aboutissement. « Après ce parcours  de chercheur riche en expériences au sein de plusieurs laboratoires, j’ai trouvé là où je veux rester ».

150 ans de Marie Curie
En savoir plus