Actualité - Immunothérapie

Partenariat en Immuno-oncologie et onco-pédiatre

Catherine Goupillon-Senghor
22/09/2016
Partager
Le partenariat, signé jeudi 22 septembre, s’inscrit dans une démarche de collaboration à long terme et débute avec deux programmes d’études cliniques. Un comité de pilotage réunissant les dirigeants et les experts de l’Institut Curie et de Bristol-Myers Squibb sera mis en place afin de faire évoluer de façon concertée ces axes de recherche, dans des domaines scientifiques et médicaux qui évoluent rapidement.
default_medecin

"Notre partenariat avec Bristol-Myers Squibb, leader dans le développement de molécules d’immunothérapie, est avant tout une alliance de savoir-faire. Il concerne deux thématiques majeures du projet médico-scientifique de l’Institut Curie, l’onco-pédiatrie et l’immunothérapie, domaine phare pour lequel nous ouvrirons un centre dédié d’envergure internationale début 2017, explique le Pr Thierry Philip, président de l’Institut Curie. Ce partenariat stratégique est pour nous la clé d’un accès à des thérapies innovantes pour nos patients et j’espère le début d’une fructueuse collaboration de recherche entre nos deux structures."

Deux programmes de recherche et développement

  • En immuno-oncologie 

Le partenariat va se concrétiser avec une première étude, « NiCol », dédiée au cancer du col de l'utérus. « NiCol est une étude clinique de phase précoce. L’objectif principal de cette étude est d’évaluer la tolérance et l’efficacité d’un traitement associant nivolumab et la radio-chimiothérapie. La particularité de cet essai clinique est d’associer les trois types de thérapies. Jusqu’à présent, l’immunothérapie était généralement testée seule ou en association avec d’autres traitements immuno-modulateurs. Il s’agit donc d’un des premiers essais en Europe avec cette association et dans cette indication », explique le Dr Emanuela Romano, oncologue médicale, Responsable du programme d'immunothérapie à l’Institut Curie.

La tolérance à ce nouveau traitement ainsi que les effets indésirables qu’il pourrait induire seront évalués dans un premier temps. Son efficacité anti-tumorale sera ensuite établie. Les résultats de la première évaluation seront obtenus d’ici un an.

Cette étude, qui associera d’autres établissements hospitaliers français, va être réalisée au sein du Centre d'Immunothérapie des Cancers de l'Institut Curie. Elle va pouvoir bénéficier de la proximité unique que cette structure va offrir à partir de 2017 entre les infrastructures cliniques, les laboratoires de recherche fondamentale en immunologie, de recherche translationelle en immuno-oncologie et les plateformes technologiques de l'Institut, précise le Dr Romano.

  • En oncopédiatrie

Première cause de décès par maladie chez l’enfant dans les pays industrialisés, les cancers pédiatriques constituent un enjeu majeur de santé publique, notamment en neuro-oncologie.

"Le développement de nouveaux médicaments dans les tumeurs cérébrales de l’enfant est une piste de recherche essentielle pour améliorer leur prise en charge. Parmi les nouveaux traitements, l’immunothérapie représente un espoir", précise le Pr François Doz, pédiatre oncologue et Directeur délégué à la recherche de l’Ensemble hospitalier de l’Institut Curie, Professeur à l’Université Paris-Descartes.

Ainsi, une étude de phase I/II multicentrique va être menée à l’Institut Curie, et dans d’autres centres en Europe et aux Etats-Unis, ciblant ces pathologies et dont le protocole est en cours de construction avec Bristol-Myers Squibb. Nivolumab sera administré seul dans la première partie de l’étude, puis en combinaison avec ipilimumab dans la deuxième partie. Cette dernière constitue une première en France et en Europe.

Envergure internationale

Chez Bristol-Myers Squibb, nous sommes convaincus qu’unir nos forces est essentiel pour faire progresser la recherche. C’est pourquoi, nous avons lancé un programme de développement de partenariats stratégiques sur le plan international afin de renforcer notre recherche et développement. La France est le premier pays à avoir donné vie à cette initiative du groupe Bristol-Myers Squibb et nous nous en réjouissons. C’est un nouveau témoignage de l’excellence de la recherche française en oncologie et de notre capacité à en être des ambassadeurs au sein du groupe. Cette collaboration va nous permettre d’accélérer notre recherche en Immuno-Oncologie et de soutenir les initiatives déjà en place dans le domaine de l’onco-pédiatrie, déclare Jean-Christophe Barland, Directeur Général de Bristol-Myers Squibb France.  

En savoir plus