Actualité

Virus Zika : quels sont les mécanismes à l’origine de la microcéphalie?

Céline Giustranti
28/07/2016
Partager
La toute jeune équipe d’Alexandre Baffet s’intéresse au développement du cerveau et à aux pathologies pouvant l’affecter. Aujourd’hui, c’est le virus Zika qui est au cœur de ses dernières découvertes.
Villosités intestinales de souris

On voit ici des villosités, cette multitude de plis serrés qui composent l'intestin. Au fond de ces plis, en vert, se trouvent des cellules sans fonction propre mais servant au renouvellement très…

Le 1er février 2016, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié l’épidémie de Zika d’"urgence de santé publique de portée mondiale". Face à un tel problème de santé publique, il est important d’unir ses forces. Venu pour étudier le développement du cortex, siège des fonctions cérébrales les plus évoluées comme le langage, la lecture et la conscience, Alexandre Baffet et son équipe (CNRS/Institut Curie) ont initié en janvier 2016 une collaboration avec le groupe de Nathalie Pardigon de l’Institut Pasteur pour comprendre comment ce virus peut entraîner la survenue de microcéphalie chez les nouveau-nés.

Cellules souches neurales infectées

"Il est désormais clairement établi qu’une infection par le virus Zika pendant la grossesse peut entraîner de graves anomalies du développement cérébral, et notamment la naissance d’enfants avec un cerveau de taille réduite et présentant donc un grave retard mental, précise Alexandre Baffet. Le virus a d’ailleurs été détecté dans le liquide amniotique et le placenta de femmes infectées, dans le cerveau de fœtus et le sang de nouveau-nés souffrant de microcéphalie." C’est en décryptant les différentes étapes de l’infection depuis la femme enceinte jusqu’au cerveau du fœtus, que des facteurs de risque, voire des moyens d’enrayer la propagation du virus pourront être identifiés.

Parmi les autres virus du genre Flavivirus, auquel appartient Zika, certains, comme le virus du Nil occidental, peuvent causer des encéphalites, mais aucun n’a jamais été démontré comme étant à l’origine de microcéphalies. "Pour comprendre ces différences, nous avons donc comparé les effets de l’infection par différents flavivirus sur le cortex en développement d’embryons de souris", détaille le chercheur.

Le virus Zika a une "préférence très prononcée" pour les cellules souches neurales, précurseurs des neurones ou des cellules gliales. "Ce tropisme préférentiel n’est pas du tout observé pour le virus du Nil occidental et ce malgré les fortes similitudes entre ces deux virus, poursuit-il. De plus, l’infection par le virus Zika, mais pas celle par le virus du Nil occidental, affecte le cycle de division des cellules souches neurales, ce qui pourrait expliquer la réduction de la taille du cerveau."

Ces découvertes dessinent les contours des mécanismes et spécificités mis en jeu par le virus Zika pour se propager dans le cerveau des fœtus et y causer des microcéphalies.

 

En savoir plus

L’équipe d’Alexandre Baffet

Comparative Analysis Between Flaviviruses Reveals Specific Neural Stem Cell Tropism for Zika Virus in the Mouse Developing Neocortex
Jean-Baptiste Brault, Cécile Khou, Justine Basset, Laure Coquand, Vincent Fraisier, Marie-Pascale Frenkiel, Bruno Goud, Jean-Claude Manuguerra, Nathalie Pardigon, Alexandre D. Baffet
Ebiomedicine, juillet 2016, DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.ebiom.2016.07.018