Actualité - Journée mondiale contre le cancer

Cancer du pancréas : mieux le connaître

Nathalie Oudar
17/11/2016
Partager
Le cancer du pancréas est redouté pour son agressivité et l’absence de traitements satisfaisants. Le point à l’occasion de la Journée mondiale qui lui est dédiée, ce 17 novembre.
Faire un don

« On estime à plus de 11 000 le nombre de nouveaux cas de cancer du pancréas en France en 2015, autant chez les hommes que chez les femmes ; la grande majorité des personnes diagnostiquées a plus de 50 ans », décrit l’Institut national du cancer (INCa). "A l’Institut Curie, nous avons opté pour mettre en commun avec l’Hôpital Ambroise-Paré (Boulogne-Billancourt) nos expertises pour le plus grand bénéfice du patient atteint de cancer du pancréas notamment", explique le Dr Wulfran Cacheux, oncologue digestif, spécialiste du cancer du pancréas à l’Institut Curie.

Cancer du pancréas : symptômes tardifs

Les symptômes du cancer du pancréas tardent à se faire ressentir et, comme ils ne sont pas évidents, le patient ne consulte son médecin que tardivement. "Il y a des symptômes généraux qui donnent l’alerte. Une dénutrition sévère et une perte de poids de 10% en 6 mois doivent interpeller, ainsi que l'ictère, la jaunisse, la survenue d'un diabète ou une poussée de pancréatite aiguë chez un patient qui n'a pas d'antécédents particuliers", liste le Dr Cacheux. On sait que le vieillissement de la population expose la population vieillissante à une augmentation de l'incidence des cancers digestifs.

Les formes héréditaires sont rares. "Les deux grands critères pour suspecter un cancer pancréatique familial sont deux antécédents au premier degré (parents) de cancer du pancréas ou trois antécédents quel que soit le degré de filiation familiale », précise le Dr Cacheux.

Les symptômes se font ressentir lorsque la tumeur pancréatique ou les métastases se sont suffisamment développées pour en provoquer. C’est ce qui rend les cancers du pancréas difficiles à guérir. Seuls 20 % des patients seraient diagnostiqués à temps pour avoir des chances de guérison, d’autant que le cancer du pancréas est particulièrement agressif. C’est pourquoi Journée mondiale sur le cancer du pancréas a été lancée, afin de communiquer sur les symptômes qui doivent alerter.

Cancer du pancréas : un traitement personnalisé

Le diagnostic du cancer du pancréas est posé sur la base de bilans d'imagerie (scanner ou IRM) et éventuellement une biopsie par écho-endoscopie pour confirmer la présence du cancer. En réunion de concertation pluridisciplinaire, le meilleur plan de traitement est élaboré en fonction de l’ensemble des données d’extension du cancer du pancréas.

Lorsqu'elle est possible, la chirurgie est le traitement principal du cancer du pancréas. Si elle n'est pas possible, une chimiothérapie avec un ou plusieurs médicaments est proposée pour ralentir voire arrêter la progression du cancer. Une radiothérapie est aussi parfois associée. Une belle avancée a eu lieu il y a quelques années en chimiothérapie en associant des drogues cytotoxiques. Et dernièrement, un autre essai clinique a donné des résultats prometteurs. « Il s’agit d'une molécule de chimiothérapie associée à l'albumine humaine qui permet une meilleure diffusion dans les tissus tumoraux dans le cancer du pancréas qui est un cancer peu vascularisé », explique l’oncologue médical. Déjà, de tous nouveaux traitements comme l’Abraxane® (nab-placitaxel) donnent des résultats très intéressants dans le cancer du pancréas métastatique.

L’Hôpital René-Huguenin de l’Institut Curie (Saint-Cloud) et l’Hôpital Ambroise-Paré (Boulogne-Billancourt) travaillent ensemble pour offrir les meilleurs traitements aux patients atteints de cancer du pancréas. L’intervention chirurgicale des patients atteints de cancer du pancréas est effectuée par les chirurgiens de l’hôpital Ambroise-Paré (AP-HP), puis la prise en charge médicale en chimiothérapie ou en radiothérapie est assurée à l’hôpital René-Huguenin de l’Institut Curie. Très investi dans la recherche clinique et notamment les essais précoces, l’Institut Curie teste actuellement de nouvelles thérapies ciblées et des traitements d’immunothérapie qui pourraient ensuite concerner les patients atteints de cancer du pancréas.

En savoir plus