Actualité - Ouverture

Institut du thorax : l’excellence de la recherche aux soins

Céline Giustranti
11/09/2017
Partager
L’objectif de l’Institut du thorax est de proposer un parcours de soins innovants pour tous les patients atteints de cancer du poumon. Le point avec son coordinateur, le Pr Nicolas Girard.
Nicolas Girard

En plus d’assurer un parcours de soins innovants pour les patients atteints de cancer du poumon, l’Institut du Thorax Curie-Montsouris ambitionne de développer, avec l’ensemble des intervenants médicaux et des chercheurs de l’Institut Curie, des approches individualisées à toutes les étapes de la prise en charge, du diagnostic initial aux traitements par immunothérapie.

 

Quels sont les objectifs de l’Institut du thorax Curie-Montsouris ?

Nicolas Girard : l’Institut du Thorax Curie-Montsouris vise à améliorer le parcours et les traitements des patients atteints de pathologies thoraciques. Les traitements des tumeurs du thorax deviennent en effet de plus en plus personnalisés et nécessitent l'expertise d’équipes pluridisciplinaires. En regroupant toutes les compétences nécessaires à la prise en charge globale des cancers du poumon, mais aussi des tumeurs de la plèvre et du médiastin,, à l’Institut Curie et l’Institut Mutualiste Montsouris, l’Institut du Thorax garantit à tous les patients un accès à l’innovation à toutes les étapes de la maladie, du dépistage au suivi en passant par le diagnostic et le traitement.

Les patients bénéficient en outre de l’environnement médical des deux structures et d’un plateau technique de pointe en imagerie médicale, biopathologie et radiothérapie.

Que va apporter la création de l’Institut du Thorax Curie-Montsouris aux patients ?

NG : L’Institut du Thorax Curie-Montsouris ambitionne d’accélérer l’accès aux dernières innovations pour le plus grand nombre et parallèlement d’intensifier les efforts de recherche.

Parmi les tumeurs thoraciques, le cancer du poumon est probablement le cancer qui a bénéficié des innovations les plus déterminantes ces dernières années. Pour les tumeurs précoces, les techniques chirurgicales mini-invasives développées à l’IMM permettent de réduire la portée de l’acte chirurgical et donc les potentielles séquelles postopératoires. Dès lors que cette option thérapeutique n’est pas envisageable, la radiothérapie stéréotaxique guidée par une image de très haute précision pratiquée de longue date à l’Institut Curie peut alors être proposée.

Pour les formes les plus avancées, les thérapies ciblées et plus récemment les immunothérapies permettent de prolonger la survie des patients avec des toxicités moindres. A cela, il faut ajouter les progrès en cancérologie générale : nouvelles techniques de prélèvements endoscopiques ou guidées par l’imagerie, biopsies liquides, séquençage à haut débit.

En plus du développement de la recherche clinique et notamment des essais précoces, l’institut du Thorax développera la recherche translationnelle. Pour cela il bénéficie à l’institut Curie de l’existence d’un département dédié possédant une longue expérience, de la mise en place du Centre d’immunothérapie des cancers, du centre de ressources biologiques et du centre d’investigation clinique facilitant l’accès aux essais précoces.

Et en ce qui concerne la recherche fondamentale et translationelle, quelles sont selon vous les domaines d’avenir ?

NG : L’immunothérapie apparaît sans nul doute comme le traitement le plus porteur d’espoir. Si les anticorps anti-PD1 et anti-PD-L1 ont fait preuve d’efficacité pour traiter les cancers bronchiques non à petites cellules, seuls 10% à 45 % des patients répondent à ces thérapies. En collaboration avec les équipes de l’Institut du Thorax, les équipes du Centre d’immunothérapie de l’Institut Curie étudient les raisons de ces échecs, mais aussi la réponse immunitaire des patients tout au long de de leur maladie. Seule la proximité d’un centre de recherche et d’un hôpital permet un tel suivi. Les immunologistes de l’Institut Curie analysent en temps réel le système immunitaire, ses réactions et ses spécificités chez des patients présentant des tumeurs du stade précoce aux formes métastatiques. C’est une étape indispensable pour passer à une nouvelle génération d’immunothérapie, personnalisée en fonction de chaque tumeur et surtout de chaque patient. D’autres pistes sont également explorées, notamment les possibilités de combiner ces anticorps à d’autres immunomodulateurs afin d’obtenir une meilleure efficacité thérapeutique. Fort de cette multitude de compétence, l’Institut du thorax Curie-Montsouris peut d’ores et déjà se positionner comme un centre d’excellence pour la prise en charge des pathologiques thoraciques.

15 000
nouveaux cas sont diagnostiqués chez les femmes chaque année en France
30 000
nouveaux cas sont diagnostiqués chez les hommes chaque année en France
1ère
cause de mortalité par cancer en France et dans le monde.

En savoir plus sur le Pr Nicolas Girard

Le Pr Nicolas Girard a rejoint l’Institut Curie le 1er juin 2017 dernier comme coordinateur de l’Institut du Thorax Curie-Montsouris. Pneumologue spécialisé en oncologie thoracique, il assure l'organisation, le fonctionnement et le développement de ce pôle d’excellence dédié aux pathologies thoraciques.

Professeur des universités à l’Université de Lyon, spécialisé en oncologie thoracique, le Pr Nicolas Girard s’est impliqué dans plusieurs programmes de recherche clinique évaluant de nouvelles stratégies de traitement des cancers du poumon et des tumeurs thoraciques rares. Il est responsable associé du réseau national dédié à la prise en charge des tumeurs thymiques, RYTHMIC, et du réseau européen de référence EURACAN (European network for rare adult solid cancer) pour les tumeurs thoraciques rares.