Actualité - Ouverture

L’Institut Curie et Servier prolongent et renforcent leur collaboration

Webmaster
06/09/2017
Partager
Après douze ans de partenariat fructueux, l’Institut Curie et le laboratoire Servier ont décidé de renouveler pour trois années supplémentaires leurs recherches communes. En ligne de mire, de nouvelles combinaisons de traitement contre les cancers du sein, mais aussi désormais dans de nouveaux domaines : immuno-oncologie, hématologie et cardiologie.
Dans les labos de l'institut Curie
Thibaut Voisin / Institut Curie

Les partenariats public-privé sont un atout dans le développement de thérapies répondant à des besoins médicaux importants, en accélérant la mise au point de traitements innovants. C’est pourquoi l’Institut Curie et le laboratoire Servier ont conclu en 2005 une alliance, renouvelée pour les trois années à venir.

Cette collaboration s’est déjà traduite par la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques, notamment la kinase TTK/MPS1, une enzyme qui intervient dans le cycle cellulaire. Son dérèglement permet une prolifération anormale des cellules et favorise ainsi le développement tumoral. Bloquer son action parait donc une voie prometteuse pour enrayer la progression du cancer. Le nouveau volet des recherches communes menées par l’Institut et Servier portera donc sur le support au développement d’un candidat médicament ciblant cette kinase.

« Au-delà des travaux historiques de l’alliance autour des cancers du sein, nous allons étendre notre partenariat à d’autres champs de recherche en travaillant avec les équipes de Servier pour mieux comprendre les mécanismes d’action de nouvelles molécules », ajoute Sergio Roman-Roman, directeur du département de recherche translationnelle de l’Institut Curie. Cette nouvelle phase du partenariat va donner aux chercheurs de l’Institut Curie l’occasion d’examiner la biologie de certaines molécules d’intérêt, qui pourraient contrer les mécanismes de résistance aux traitements observés dans différentes tumeurs solides. Ils pourront alors établir une stratification des patients qui peuvent tirer bénéfice, ou non, de ces molécules, seules ou en association avec d’autres traitements.

« Depuis douze ans, nous avons pu mesurer les bénéfices de ce partenariat public-privé pour la recherche et l’innovation, au bénéfice des patients, ainsi que l’excellence des équipes de l’Institut Curie, tant en recherche fondamentale ou translationnelle qu’en recherche clinique » souligne Mike Burbridge, directeur de la Recherche Translationnelle et Clinique en Oncologie chez Servier.

« La collaboration entre l’Institut Curie et Servier est le projet le plus ambitieux que l’Institut mène avec un industriel. La pérennité de ce partenariat historique traduit la confiance réciproque entre nos deux institutions ; confiance confortée par la réalisation d’avancées majeures dans la recherche sur le cancer du sein. C’est également une satisfaction particulière que le partenariat s’ouvre à de nouveaux horizons scientifiques », commente Amaury Martin, Directeur Valorisation et Partenariats Industriels de l’Institut Curie et Directeur de l’Institut Carnot Curie Cancer.

Cette coopération s’inscrit ainsi dans la philosophie des Instituts Carnot, dont fait partie l’Institut Curie au travers de l’Institut Carnot Curie Cancer : un réseau d’établissements de recherche capables, par leur dimension, leur structuration, leur positionnement et leurs outils, d’engager des partenariats productifs avec le monde économique et permettre aux entreprises d’innover dans les meilleures conditions.