Actualité - Radiothérapie

Déploiement d’une toute nouvelle technologie en protonthérapie

Céline Giustranti
30/05/2017
Partager
Berceau de la radiothérapie, l’Institut Curie reste un centre de référence mondiale dans ce domaine. Une nouvelle étape vient d’être franchie avec le démarrage de la technique du PBS au Centre de protonthérapie.
Radiothérapie à l'Institut Curie

L’Institut Curie est un des pionniers mondiaux de la protonthérapie. Cet équipement installé sur le site d’Orsay a traité son premier patient, en 1991 avec cette forme de radiothérapie ultra-précise.

En mars 2017, une nouvelle étape vient d’être franchie avec le traitement du premier patient par la technique dite du Pencil Beam scanning (PBS). Cette nouvelle technologique permet de balayer la tumeur avec le faisceau de protons et ainsi de traiter des tumeurs de volumes complexes. Les indications tumorales pouvant bénéficier de la protonthérapie vont ainsi être étendues, ce qui permettra à plus de patients d’être traités par cette radiothérapie de haute précision.

 

Le Centre de protonthérapie, un haut lieu de technologie

Depuis son ouverture en 1991, le Centre de protonthérapie est impliqué dans le développement de systèmes et ne cesse de s’enrichir de nouvelles techniques au bénéfice des patients : Robots de positionnement en salle en traitement, logiciels maison de planification (TPS) et d’information (OIS), Système d’imagerie dédiés, traitements sous anesthésie générale,... Les équipes y ont acquis une grande expertise tant sur le plan médical que technique.

Elles peuvent prendre en charge tous les patients, enfants comme adultes, avec ou sans anesthésie générale, qui exigent ce type de radiothérapie.

L’Institut Curie est, avec Nice, l’un des deux seuls établissements en France à disposer d’un équipement de protonthérapie. Dans les années à venir, avec l’ouverture prochaine d’un centre à Caen, les trois centres devront être capables de couvrir les besoins de tout le territoire français pour les tumeurs complexes pour lesquelles il y a peu d’alternative à la protonthérapie.

Avec le démarrage du PBS,  l’Institut Curie à l’ambition de poursuivre l’élargissement des indications de ces traitements: ré-irradiation de récidives tumorales après une radiothérapie par photons, certains cancers ORL, des tumeurs médiastinales dont les lymphomes hodgkiniens (en particulier chez les femmes jeunes), sarcomes rétropéritonéaux, des cancers du poumon inopérables, des cancers digestifs (foie, pancréas), ou encore certains cancers du sein. La protonthérapie reste un véritable espoir pour certains patients pour lesquels il n’existe, aujourd’hui, que peu d’alternatives à la protonthérapie.