Actualité - ESMO

L'Institut Curie au congrès de l'ESMO 2022

Institut Curie
08/09/2022
Partager
Le congrès annuel de la Société européenne d'oncologie médicale (ESMO) se tient du 9 au 13 septembre 2022 à Paris. L'Institut Curie y sera largement représenté pour présenter des résultats prometteurs en matière de cancers féminins, du poumon, ORL ou encore urologiques.
ESMO 2022

Du 9 au 13 septembre 2022, la communauté mondiale en cancérologie se réunit à Paris pour le congrès de la European Society for Medical Oncology (ESMO). Quinze médecins de l'Institut Curie y partageront les résultats très prometteurs de leurs travaux pour accélérer le combat contre le cancer. Leurs présentations porteront notamment sur les sarcomes utérins et autres cancers féminins, mais aussi sur des pathologies de diverses localisations (poumon, urologie, ORL, etc). 

Pour cette édition particulière de l’ESMO, qui se déroule cette année à Paris, je ne peux que souligner le dynamisme et la qualité des résultats de recherches au niveau européen et au-delà des médecins de l’Institut Curie. Je salue spécialement les travaux consacrés aux cancers féminins, en matière de désescalade, de médecine de précision ou de nouvelles thérapies… les pistes sont nombreuses à l’Institut Curie avec toujours comme objectif de mieux prendre en charge et de guérir plus de femmes

Pr Steven Le Gouill, directeur de l’Ensemble hospitalier de l’Institut Curie.

Les sarcomes utérins

Une étude montre l'efficacité d'une nouvelle méthode diagnostique pour proposer une chirurgie personnalisée aux femmes

Une nouvelle méthode associant biopsie, analyse anatomopathologique et technique de biologie moléculaire, va permettre de réaliser des diagnostics préopératoires très précis et de proposer des chirurgie personnalisées, et dans certains cas d'éviter des hystérectomies inutiles. Efficace et sûre, cette nouvelle approche diagnostique, pratiquée à l'Institut Curie, va changer la prise en charge des femmes présentant une tumeur utérine et fera progressivement partie des standards de la prise en charge dans tous les services hospitaliers en France.

Cette étude initiée par le Pr Sylvie Bonvalot, chirurgienne, spécialiste des sarcomes à l'Institut Curie, sera présentée le 10 septembre 2022 à 11h en session orale par le Dr Jeremy Smadja, radiologue à l'Institut Curie. 

Pour une chirurgie adaptée à chaque femme

Parmi les fibromes utérins qui sont les tumeurs pelviennes les plus fréquentes, survenant chez près de 70% des femmes autour de 50 ans, les sarcomes utérins sont un groupe hétérogène de cancers rares (1 sur 400 hystérectomies pour "fibromes"). La plupart des sarcomes utérins sont diagnostiqués au microscope après une hystérectomie ou une myomectomie. Le diagnostic préopératoire n'est pas aisé et repose actuellement sur l'IRM pelvienne. 

L'imagerie des fibromes utérins est complexe pour les radiologues, car même avec l'IRM il est parfois difficile de faire la différence entre les tumeurs bénignes et malignes

Explique le Dr Jeremy Smadja, radiologue à l'Institut Curie 

Or un diagnostic préopératoire très précis de ces tumeurs est primordial pour proposer la chirurgie adaptée à chaque situation : chirurgie conservatrice ou chirurgie totale. Il est notamment crucial d'éviter un geste chirurgical radical, l'hystérectomie, chez les femmes en âge de procréer. 

L'étude menée à l'Institut Curie a évalué la faisabilité et l'impact d'une méthode diagnostique innovante associant biopsie préopératoire, analyse anatomo-pathologique et technique de biologie moléculaire. 

Menée sur 34 patientes présumées porteuses d'une tumeur utérine maligne lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire et justifiant en théorie d'une hystérectomie, cette étude montre que cette nouvelle approche est 100% efficace dans le diagnostic préopératoire des tumeurs et sans risques de complication. 

Il s'agit d'éviter une chirurgie inadéquate. Chez les femmes de 50 ans et plus, il est primordial de savoir avant le geste chirurgical s'il s'agit d'un sarcome pour ne pas fragmenter la tumeur lors de l'hystérectomie, car les conséquences sont dramatiques et peuvent entrainer le décès. Chez les femmes plus jeunes, il est crucial d'éviter l'hystérectomie quand elle n'est pas nécessaire

Explique le Pr Sylvie Bonvalot, chirurgienne à l'Institut Curie.

Nouveau standard diagnostique 

Après une IRM suspecte de tumeur maligne sur la paroi de l'utérus, il sera désormais recommandé de réaliser cet examen supplémentaire. Les pratiques vont évoluer et cette nouvelle combinaison diagnostique, déjà mise en oeuvre à l'Institut Curie, fera partie des prochains standards de prise en charge courant 2023.

Présentations de l'Institut Curie sur les cancers de la femme

Sein, endomètre, ovaires, col de l'utérus, vagin, l'Institut Curie dispose d'une expertise internationale dans la prise en charge des cancers féminins qui touchent plus de 76 000 femmes chaque année en France. Plusieurs présentations de l'Institut Curie à l'ESMO 2022 leur seront consacrées, dont :

Cancer du sein - Des thérapies ciblées pour remplacer la chimiothérapie

SOLTI-1911: Neoadjuvant and adjuvant ribociclib and endocrine therapy for clinically high-risk estrogen receptor-positive and HER2-negative breast cancer (RIBOLARIS) - Paul Cottu, 1er auteur et principal investigateur de l’étude RIBOLARIS - Poster Session - Breast cancer, early stage, 10-sept.

Cancers de l'ovaire - CA125 : un facteur pronostic pour les oncologues et les chirurgiens

CA125 longitudinal decline kinetic is complementary to BRCA testing in first-line high grade serous ovarian carcinoma (HGSOC) patients (pts) - Manuel Rodrigues, 1er auteur - Poster session Gynecological cancers – 11 septembre
Role of CA125 in patients included in the DESKTOP III/ENGOT-ov20 trial – Fabrice Lecuru, 1er auteur - Poster session Gynecological cancers – 11 septembre

Cancer de l'endomètre - Bénéfice de l'immunothérapie en donnée de vie réelle

Real-world data on dostarlimab in post-platinum mismatch repair deficient (dMMR)/ microsatellite instability high (MSI-H) advanced/recurrent (A/R) endometrial cancer: descriptive analysis of the French cohort Temporary Authorization of Use (ATU) – Manuel Rodrigues, 1er auteur - Poster session Gynecological cancers – 11 septembre

► Voir le détail des présentations

Autres résultats présentés

10 septembre :

  • Cancers urologiques : Pr Yves Allory et Dr Clarice Dos Santos Groeneveld - Mini-oral
    Pure or mixed basal/squamous tumours present decreased outcomes after neoadjuvant chemotherapy in the GETUG-AFU V05 VESPER trial.

 

11 septembre :

  • Sarcome d’Ewing : Dr Valérie Laurence et Dr Nina Jehanno – Poster session sarcome
    Role of 18F-FDG PET/CT in the initial staging of very high risk Ewing Sarcoma in a prospective Multicentric Phase II Study : Is there still a place for bone marrow sampling? (#1398)

 

  • Cancer ORL : Pr Christophe Le Tourneau – Poster session Head and neck cancer
    - Effectiveness and quality-of-life data from real-world study (ProNiHN) in patients with recurrent and/or metastatic squamous cell carcinoma of head and neck treated with nivolumab in France (#1335)
    - Phase 2 trial of retifanlimab (anti–PD-1) in combination with INCAGN02385 (anti–LAG-3) and INCAGN02390 (anti–TIM-3) as first-line treatment in patients with PD-L1–positive recurrent/metastatic squamous cell carcinoma of the head and neck

 

12 septembre :

  • COVID-19 in cancer patients : Update from the joint analysis of ESMO-CoCARE, BSMO, PSMO international databases. Dr Emanuela Romano – Mini-oral

 

  • Cancer du poumon : Pr Nicolas Girard – Poster session NSCLC, metastatic
    - AdvanTIG-205: Phase 2 trial of ociperlimab (OCI) + tislelizumab (TIS) + chemotherapy (chemo) in first line (1L) treatment of patients (pts) with locally advanced (LA), unresectable, or metastatic non-small cell lung cancer
    - Amivantamab compared with European, real-world (RW) standard of care (SoC) in adults with advanced non-small cell lung cancer (NSCLC) with activating epidermal growth factor receptor (EGFR) Exon 20 insertion mutations (Exon20ins), after failure of platinum-based therapy
    - IMreal Cohort 2: second interim analysis of efficacy and safety data in patients (pts) with locally advanced or metastatic non-small cell lung cancer (NSCLC) receiving atezolizumab (atezo) under real-world conditions

 

  • Nanoparticules : Pr Christophe Le Tourneau – Poster session Developmental therapeutics
    Analysis of 3-Dimensional Volumetric Distribution and Dispersion of the Radioenhancer NBTXR3 in Various Solid Malignancies