Chimiothérapie et hormonothérapie

Mathilde Regnault
24/03/2017
Partager
Parmi les traitements classiques du cancer, la chimiothérapie est très fréquemment utilisée. Avec l’hormonothérapie et les thérapies ciblées, elle constitue un arsenal thérapeutique de plus en plus efficace.
Traitement du cancer - Chimiothérapie et hormonothérapie
Aller directement à la section

Qu’est-ce que la chimiothérapie ?

L’objectif de la chimiothérapie est d’aller tuer les cellules cancéreuses. Elle peut être prescrite…

  • En situation adjuvante, lorsque la tumeur a été enlevée, pour s’assurer qu’il ne reste pas de cellules cancéreuses.
  • En situation néo-adjuvante, pour réduire la taille de la tumeur avant la chirurgie : cela permet de limiter les séquelles potentielles liées à la chirurgie.
  • En cas de maladie métastatique, pour traiter l’ensemble de l’organisme.

Il existe de nombreux types de chimiothérapies, qui sont utilisés en fonction des caractéristiques du cancer.

La chimiothérapie est souvent administrée par voie intraveineuse. Elle se déroule alors le plus souvent sous forme de séances de quelques minutes à quelques heures, en hôpital de jour. Les séances sont renouvelées tous les 15 jours ou trois semaines.

La chimiothérapie peut également être prise par voie orale : il s’agit alors d’un comprimé, que l’on peut prendre à la maison.

Les chimiothérapies comportent un inconvénient important : elles ne savent pas bien faire la distinction entre les cellules cancéreuses et les cellules saines. Elles vont donc détruire une bonne partie des cellules à renouvellement rapide de l’organisme. C’est ce qui explique les nombreux effets secondaires possibles tels que la perte de cheveux, les problèmes d’ongles ou de peau mais aussi les nausées. La chimiothérapie provoque aussi, souvent, une diminution transitoire des défenses immunitaires : le patient doit donc recevoir des conseils pour bien réagir en cas d’infection.

Qu’est-ce que l’hormonothérapie

Certains cancers, notamment parmi les cancers du sein et de la prostate, sont sensibles aux hormones sexuelles : celles-ci stimulent la croissance des cellules cancéreuses. En allant « bloquer » le récepteur hormonal sur ces cellules cancéreuses, on les empêche de proliférer.

Certains effets secondaires peuvent apparaître, tels qu’une sécheresse vaginale ou une baisse de la libido, mais ils sont totalement réversibles à l’arrêt du traitement. L’hormonothérapie est le plus souvent très efficace, notamment dans le traitement des cancers du sein hormono-dépendants (près des trois-quarts des cancers du sein), où elle est souvent prescrite en complément d’une chimiothérapie. Elle a fait chuter la mortalité liée aux cancers du sein.

La chimiothérapie et l’hormonothérapie à l'Institut Curie

L’intérêt d’être pris en charge dans un centre spécialisé tel que l’Institut Curie est multiple.

  • L’équipe des soignants est particulièrement habituée à ce type de traitement. Elle dispose de toutes les techniques nécessaires pour optimiser la prévention des effets secondaires.
  • La prise en charge pluridisciplinaire est un des aspects les plus importants pour les Centres de lutte contre le cancer : du diagnostic à la chimiothérapie en passant par la chirurgie et/ ou la radiothérapie, les différents spécialistes travaillent de concert pour une cohérence optimale dans la prise en charge du patient.
  • L’Institut Curie a développé toute une panoplie de Soins de support, qui visent à aider le patient à vivre au mieux cette période difficile de son histoire et à mieux supporter les effets secondaires liés à la chimiothérapie : consultation de diététique, d’addictologie, de psychologie, ateliers esthétiques, cours de relaxation… Ces soins participent directement au bon rétablissement des patients.
  • La recherche clinique est très active, aussi bien pour la classique chimiothérapie que pour les thérapies ciblées, qui ont aujourd’hui le vent en poupe. L’Institut Curie participe activement à ces essais.