Actualité - ASCB / EMBO

Focus sur les sentinelles sur système immunitaire

Valérie Devillaine
08/12/2018
Partager
Pour se déplacer et explorer leur environnement, les cellules dendritiques exploitent un processus original : la macropinocytose. Hélène Moreau, jeune chercheuse à l’Institut Curie, a expliqué cette découverte au congrès de l'ASCB / EMBO.
Hélène Moreau

Malicieuses, les jeunes cellules dendritiques ! Quand un fluide encombrant leur bloque le passage (résistance hydraulique), elles l’avalent avant de le recracher derrière elles. Un phénomène appelé macropinocytose. Ainsi, elles peuvent progresser dans les moindres recoins de l’organisme. Et c’est leur mission. Ces cellules immunitaires parcourent notamment les tissus épithéliaux, à l’interface entre notre corps et le monde extérieur : peau, poumon, intestin… Dites "sentinelles" de l’organisme, elles y captent toute molécule étrangère ou suspecte et la ramènent au niveau des ganglions lymphatiques.

Car au cours de leur maturation, les cellules dendritiques perdent leur capacité de macropinocytose. Elles abandonnent alors leurs explorations et migrent rapidement vers les ganglions. Sur place, elles transmettent l’information de toutes les molécules croisées dans leur voyage initiatique et les présentent à d’autres cellules immunitaires qui, selon ces informations, mèneront ou non une attaque contre ces intrus.

Au-delà de la connaissance fondamentale qu’elle représente, cette découverte pourrait avoir un intérêt dans la lutte contre le cancer. Car il est connu que certaines cellules cancéreuses disposent aussi de cette capacité de macropinocytose et l’utilisent pour se nourrir en absorbant le milieu environnant. Elles pourraient donc aussi l’utiliser pour se déplacer et gagner du terrain sur les tissus sains, voire rejoindre la circulation sanguine et aller coloniser d’autres organes pour y former des métastases. Bien que cet objectif soit encore très lointain, Hélène Moreau ne s’interdit pas d’imaginer un jour un moyen de moduler cette macropinocytose ou la résistance hydraulique de l’environnement cellulaire, pour freiner la progression tumorale.