Actualité - Cancers de l'enfant

Olivier Delattre récompensé par le Prix Fondation ARC Léopold Griffuel

Céline Giustranti
03/05/2016
Partager
Comprendre les mécanismes de développement de ces cancers pour guérir toujours plus d’enfants, tout en limitant au maximum les effets secondaires : tel est l’objectif des recherches sur les tumeurs de l’enfant. Un domaine dans lequel Olivier Delattre est une figure emblématique et reconnue.
Olivier Delattre

Créé en 1970 conformément aux dispositions testamentaires de Mme Griffuel, le Prix Fondation ARC Léopold Griffuel est décerné chaque année à un chercheur européen de renommée internationale dont les travaux ont abouti à des avancées importantes dans la recherche en cancérologie. S’il est un domaine qui a connu de nombreux progrès au cours des 30 dernières années, c’est bien la prise en charge des cancers de l’enfant. Chaque année en France, 1700 enfants de moins de 15 ans et 700 adolescents de 15 à 18 ans sont diagnostiqués pour un cancer. C’est la première cause de décès par maladie chez les moins de 15 ans. « Aujourd'hui, plus de 80 % des enfants guérissent, rappelle Olivier Delattre, directeur délégué à la recherche biomédicale à l’Institut Curie, directeur de recherche Inserm, directeur du Site intégré de recherche contre le cancer de l’Institut Curie (SIRIC). C’est mieux qu’il y a 30 ans, mais la lutte continue : il faut trouver de nouvelles stratégies pour les enfants en échec thérapeutique et, parallèlement, réduire la toxicité des traitements chez les enfants chez lesquels une rémission est envisageable. Ces progrès passent par la compréhension de la biologie de ces cancers. » Une bataille dans laquelle Olivier Delattre est engagé depuis plus de 20 ans.

20 ans d’avancées sur les cancers pédiatriques

Au sein de son équipe dans le laboratoire génétique et biologie des cancers (Inserm/Institut Curie) qu’il dirige, il travaille principalement sur trois tumeurs pédiatriques : le sarcome d’Ewing, une tumeur osseuse de l’enfant, la tumeur rhabdoïde, une tumeur du plus jeune enfant souvent très agressive et qui touche plusieurs organes et le neuroblastome, une tumeur du système nerveux extra-crânien, la plus fréquente chez le jeune enfant. Il étudie également d’autres tumeurs, du cerveau et des muscles en particulier.

Parmi les résultats les plus marquants obtenus par son équipe, Olivier Delattre évoque la découverte en 1992 du gène dont l’anomalie est à l’origine de la tumeur d’Ewing, de celui qui est impliqué dans les tumeurs rhabdoïdes et de celui associé au développement du neuroblastome. Et d’ajouter « a découverte du ou des gènes impliqués n’est que l’étape initiale. Le travail est loin d’être fini car une fois ces modifications de programme génétique identifiées, il faut comprendre leur rôle dans les cellules. Ces différents gènes jouent également des rôles importants dans plusieurs cancers de l’adulte. »

Le prix Griffuel récompense l’ensemble des travaux de recherche fondamentale de ce médecin-chercheur, qui ont permis d’établir des ponts avec la recherche translationnelle et clinique, indispensables à l’émergence de la médecine de demain. En tant que médecin-chercheur, Olivier Delattre dispose de toute l’expertise pour faciliter le lien entre l’hôpital et la recherche, d’autant plus dans un lieu comme l’Institut Curie qui a fait de la proximité entre les chercheurs, les médecins et les patients son ADN. L’un des enjeux – qu’Olivier Delattre maîtrise plutôt bien comme le prouvent ses découvertes – est d’aider ces deux univers à se rejoindre pour au final guérir toujours plus et avec le moins de séquelles possibles.

Découvrez les recherches d’Olivier Delattre, lauréat du 44e Prix Leopold Griffuel de recherche fondamentale, en vidéo :