Actualité - Cancers du poumon

L’Institut Curie rejoint le réseau national Rythmic pour la prise en charge des cancers du thymus

Valérie Devillaine
09/09/2019
Partager
L’Institut national du cancer (INCa) reconnaît l’expertise de l’Institut Curie sur les cancers du thymus en l’intégrant au réseau RYTHMIC et développe ainsi l’offre et la qualité des soins pour ces cancers rares.
Nicolas Girard

Créé en 2012 et labellisé une première fois en 2014, le réseau RYTHMIC vient de se voir renouveler sa labellisation et s’enrichit de la participation de l’Institut Curie. « Nous accueillons, depuis 2017, les RCP [réunions de concertation pluridisciplinaires, au cours desquelles la prise en charge de chaque patient est discutée par les différents spécialistes] une fois par mois, en alternance avec Gustave-Roussy (Villejuif), se réjouit le Pr Nicolas GIRARD, oncologue thoracique, Responsable de l’Institut du Thorax Curie-Montsouris.

Grâce au partenariat avec l’Institut mutualiste Montsouris (Paris) dans le cadre de l’Institut du Thorax, l’Institut Curie offre maintenant une prise en charge multidisciplinaire pour les patients atteints de cancers du thymus et rejoint ainsi les 14 centres du réseau RYTHMIC.

Les malades peuvent bénéficier d’une chirurgie, y compris robotique si nécessaire, à l’Institut Montsouris et de l’expertise de Curie en matière de radiothérapie et de traitements médicaux

explique encore le Pr Girard.

Les cancers du thymus sont des cancers très rares, avec environ 250 nouveaux cas par an en France. Ils touchent un organe central du système immunitaire, chez des patients jeunes (entre 40 et 50 ans).

On comprend mal les origines de ces cancers pour lesquels on ne connaît pas d’anomalie moléculaire qui puisse faire l’objet d’un traitement ciblé. Et, comme ils altèrent le fonctionnement du système immunitaire, on ne sait pas s’ils peuvent bénéficier d’une immunothérapie. Mais nos patients peuvent bénéficier d’essais cliniques et nous conduisons plusieurs projets de recherche translationnelle [à l’interface entre la recherche fondamentale et clinique] sur ce sujet. 

détaille le spécialiste.

Il travaillera aussi en lien avec le réseau EURACAN (Réseau de référence européen sur les cancers solides rares de l'adulte), qu’il coordonne pour cette thématique, pour développer notamment ce modèle de RCP à l’échelle européenne.

Pour aller plus loin
Les essais cliniques ouverts