Actualité - Cancers du sein

Anne-Sophie Hamy-Petit, femme Elle de l’année 2019

Sabine D'Andrea
27/03/2020
Partager
Le 6 mars 2020, le magazine ELLE a édité son palmarès des femmes qui ont fait 2019. Pour cette année, la chercheuse Anne-Sophie Hamy-Petit, médecin gynécologue et oncologue à l’Institut Curie est lauréate dans la catégorie Science. Cette distinction vient souligner son engagement quotidien auprès des femmes atteintes de cancer du sein, notamment les plus jeunes d’entre elles.
Anne-Sophie Hamy-Petit

Aux côtés de célébrités comme la journaliste Caroline Roux, la réalisatrice Céline Sciamma ou encore l’actrice Camille Cottin, pour n’en citer que quelques-unes, le Dr. Anne-Sophie Hamy-Petit a été récompensée pour son action contre le cancer du sein.

Gynécologue, oncologue, spécialiste des datas, Anne-Sophie Hamy-Petit est chercheuse dans l’équipe Résidu tumoral et réponse au traitement, dirigée par le Pr Fabien Reyal, au sein de l’unité U932 « Immunité et cancer » à l’Institut Curie. Elle travaille sur plusieurs thématiques liées notamment à l’impact des interactions médicamenteuses pendant la chimiothérapie pour cancer du sein, à l’oncofertilité ou la prise en charge spécifique des femmes jeunes atteintes de cancer du sein.

En France, chaque année, 58 459 femmes sont diagnostiquées d’un cancer du sein. Si l’âge médian au diagnostic est de 61 ans, près de 3 000 femmes diagnostiquées chaque année ont moins de 40 ans. Ne bénéficiant pas du dépistage systématique proposé aux femmes de plus de 50 ans, ces jeunes femmes sont plus difficiles à identifier et ont donc moins de chance de bénéficier d’un parcours de soins adapté.

Deux programmes dirigés par le Dr Anne-Sophie Hamy-Petit illustrent ces recherches :

Le projet « Cancer du sein chez la femme jeune », a pour objectif d’améliorer la prise en charge et le quotidien de ces femmes. Initié en 2020, il comprendra trois volets complémentaires :

  • Une première partie consistera à étudier le parcours de soin des femmes jeunes, et quantifier les écarts au parcours de soin optimal (errances diagnostiques, prises en charge inadaptées…).
  • Un second volet consiste à mesurer l’impact de la maladie sur la vie quotidienne, à la fois sur les plans sociaux, familiaux, professionnels ou affectifs…
  • Enfin, le troisième volet sera communautaire et collaboratif, et vise entre autres à fédérer une communauté d’entraide et de soutien entre patientes.

En 2018, le Dr Hamy-Petit avait lancé une étude nationale, l’étude FEERIC, visant à comparer les données sur la contraception, la fertilité et la grossesse auprès de femmes ayant été touchées par un cancer du sein entre 18 et 43 ans par rapport à des femmes indemnes de la maladie. En juin 2019, plus de 4370 femmes avaient été inclues dans cette étude, dont les résultats définitifs sont attendus en 2021.

Cette distinction permet de mettre en lumière l'environnement de recherche exceptionnel dont nous bénéficions à l'institut Curie en matière de lutte contre le cancer du sein. Elle souligne également la nécessité du soutien de partenaires privés pour financer nos travaux, à l’image de Monoprix et du groupe Casino, mais aussi l'engagement des patients et des citoyens pour une recherche rapide et agile, grâce à des initiatives innovantes comme les Seintinelles.

se réjouit Anne-Sophie Hamy-Petit.

Consulter l’article sur elle.fr

Pour aller plus loin
Le cancer du sein