Actualité - Immunothérapie

Immunothérapie : explorer de nouvelles pistes pour lutter contre les cancers

Céline Giustranti
10/10/2016
Partager
L’Institut Curie va prochainement ouvrir le 1er centre d’immunothérapie contre les cancers en France. Les immunologistes réfléchissent déjà aux futures pistes thérapeutiques qui y seront développées.
Eliane Piaggio

Eliane Piaggio, immunologiste arrivée à l’Institut Curie en février 2013, a rejoint l’équipe de Sebastian Amigorena (unité immunité et cancer Inserm U932/Institut Curie) pour y mettre à profit sa…

L’interleukine 2 (IL-2), c’est en quelque sorte la star du laboratoire d’immunothérapie translationnelle dirigé par Eliane Piaggio (Inserm/Institut Curie). L’immunologiste l’étudie sous toutes ses coutures depuis plusieurs années.

Cette cytokine est déjà utilisée pour traiter certains cancers et elle est en étude clinique dans le diabète de type 1. Pour le cancer, elle est administrée à forte dose afin de booster le système immunitaire et de lui permettre d’agir sur les cellules cancéreuses. Toutefois, compte-tenu de la toxicité de cette approche thérapeutique, elle est assez peu utilisée à ce jour. C’est à cet état de fait que souhaitent s’attaquer Eliane Piaggio et son équipe dans les mois à venir, en se basant sur leurs dernières découvertes sur le diabète de type 1. Ils pourront le réaliser grâce au financement de l’Agence nationale de la recherche (ANR) récemment obtenu.

Du diabète .....

L’équipe dirigée par Eliane Piaggio a déjà montré qu’administrée à très faible dose dans le diabète de type 1, l’action de l’IL-2 s'inverse par rapport à celle observée chez les patients atteints de cancer. Elle freine alors l'action du système immunitaire qui, dans cette maladie, réagit trop fortement contre les cellules du soi, en l’occurrence celles du pancréas. L’équipe d’Eliane Piaggio montre dans une publication parue dans Nature Communications que les modèles animaux qui développent un diabète de type 1 présentent naturellement des anticorps contre l’IL-2. Ces anticorps augmentent avec l’âge et la progression de la maladie. Elle observe en outre qu’environ 30 % des patients atteints de diabète de type 1 développent des auto-anticorps anti-IL-2. "Ils peuvent être détectés avant le début des symptômes du diabète et pourraient être utilisés comme biomarqueurs diagnostiques, décrit l’immunologiste. En outre, ces anticorps peuvent modifier la cascade de signalisation induite par IL-2." Et c’est cette spécificité que souhaite exploiter Eliane Piaggio pour améliorer l’efficacité anti-tumorale de l’IL-2.

... Au traitement du cancer

Dès qu’elle aura mis au point les premiers anticorps humanisés anti-IL-2, son équipe envisage d’étudier l’activation du système immunitaire par l’utilisation d’un complexe IL-2/anti-IL-2. Celui-ci semble pouvoir contrôler une famille de cellules immunitaires, les lymphocytes T régulateurs (Tregs), qui, comme leur nom l'indique, agissent sur les autres populations de lymphocytes T pour les empêcher de sur-réagir. "L’objectif de notre projet de recherche financé par l’ANR est donc d’utiliser le complexe IL-2/anti-IL-2 pour diriger la réponse immunitaire contre certains cancers", explique Eliane Piaggio. A suivre…

 

En savoir plus

Loss of immune tolerance to IL-2 in type 1 diabetes
Louis Pérol, John M. Lindner, Pamela Caudana, Nicolas Nunez, Audrey Baeyens, Andrea Valle, Christine Sedlik, Delphine Loirat, Olivier Boyer , Alain Créange, José Laurent Cohen, Ute Christine Rogner, Jun Yamanouchi, Martine Marchant, Xavier Charles Leber, Meike Scharenberg, Marie-Claude Gagnerault, Roberto Mallone, Manuela Battaglia, Pere Santamaria, Agnès Hartemann, Elisabetta Traggiai, Eliane Piaggio
Nature communications, DOI: 10.1038/ncomms13027, 6 octobre 2016