Actualité - Innovation

FRM : 3 nouvelles équipes labélisées à l’Institut Curie

Céline Giustranti
09/06/2016
Partager
En 2016, 3 équipes de recherche de l’Institut Curie ont été labélisées par la Fondation pour la recherche médicale (FRM). 3 projets et 3 jeunes chercheurs qui illustrent bien le dynamisme et la diversité des recherches.
FRM : 3 nouvelles équipes labélisées à l’Institut Curie

Allison Bardin : mieux connaître les cellules souches adultes

Pour beaucoup, cellule souche rime avec thérapie cellulaire. Mais avant de régénérer et réparer les organes avec ces cellules, il faut d’abord bien les connaître et explorer leur potentiel, notamment celui des cellules souches adultes, essentielles au développement et à la maintenance des organes et des tissus. C’est à cette tâche que s’attèle l’équipe Cellules souches et homéostasie tissulaire (CNRS, Inserm, Institut Curie) d’Allison Bardin, qui vient d’être labélisée par la FRM.

"La différenciation et l’auto-renouvellement des cellules souches passent par une régulation précise de l’expression des gènes et du contenu génomique, explique la chercheuse. Notre équipe utilise les cellules souches intestinales adultes de drosophile afin de répondre aux questions clés suivantes : comment l’expression des gènes est-elle modulée lors de la différenciation ? Comment le génome des cellules souches est-il protégé ?"

Les recherches de l’équipe se concentrent autour de deux axes : le contrôle de l’expression du génome dans les cellules souches et l’étude des mutations spontanées affectant ce génome.

En savoir plus

Cancer, vieillissement, cellules souches : les liens se resserrent 

 

Jean-René Huynh : la transmission en héritage

La stérilité est un problème majeur de santé publique. L’un des moments essentiels de la reproduction sexuée demeure la production des gamètes mâles et femelles. C’est au cours de cette étape que sont transmises les informations génétiques, cytoplasmiques et épigénétiques à la génération future. "Mon équipe étudie le moment précis de la formation des gamètes où ces trois informations commencent à se mettre en place en vue de leur transmission à la génération suivante", commente Jean-René Huynh. C’est un moment où s’enchaînent une série de divisions cellulaires des cellules germinales avant que celles-ci n’entrent en méiose qui, contrairement à la mitose, s’accompagne d’une réduction de moitié du matériel génétique. L’un des objectifs de l’équipe Développement des cellules germinales (CNRS/Inserm/Institut Curie) que dirige Jean-René Huynh est de filmer en live l’appariement des chromosomes juste avant l’entrée en méiose.

En plus de la microscopie haute résolution, Jean-René Huynh envisage de recourir à bien d’autres techniques allant de la microfluidique aux derniers nés des outils d’ingénierie génétique pour étudier les cellules germinales dans leur environnement. Nul doute que les nouvelles connaissances qui en découleront éclaireront d’un jour nouveau les mécanismes de la reproduction et leurs dysfonctionnements pouvant être cause d’infertilité.

En savoir plus

De l’art de bien mélanger ses chromosomes chez la drosophile
Comment rendre les mouches infertiles ?

 

Sarah Lambert : instabilité génétique et stress réplicatif

L’instabilité génétique est une caractéristique des cellules cancéreuses mais aussi une cause de maladies telles que le cancer, le vieillissement et les pathologies neurologiques. « Une source majeure d’instabilité génétique est le stress réplicatif, rappelle Sarah Lambert ; il se définit comme tout événement qui entrave le déroulement du programme de réplication, aboutissant à une duplication fautive des chromosomes et un partage inégal du patrimoine génétique entre cellules filles. » La principale caractéristique du stress réplicatif est l’altération des usines de réplication, lieu où le matériel génétique est dupliqué. La recombinaison homologue est essentielle à l’intégrité et la restauration de ces usines de réplication, agissant ainsi comme un suppresseur d’instabilité génétique. L’équipe Recombinaison, Réplication et stabilité des génomes de Sarah Lambert étudie comment la recombinaison homologue intervient au sein des chromosomes empaquetés dans le noyau pour maintenir la fonctionnalité des usines de réplication et assurer ainsi une duplication et une ségrégation équilibrées des chromosomes.

En savoir plus

L’équipe de Sarah Lambert passe un nouveau cap
CAF-1 élargit ses fonctions