Actualité - Innovation

L’Institut Curie, Gustave-Roussy et l’AP-HP s’allient pour un projet phare de médecine génomique

Mathilde Regnault
17/07/2017
Partager
SeqOIA. C’est le nom de la plateforme de séquençage génomique très haut débit qui permettra de décrypter 18000 génomes par an dès 2018. Objectif : fournir aux patients des diagnostics de plus en plus précis et rapides, afin d’ajuster au mieux les traitements.
France Génomique 2025

France Génomique 2025 est un projet d’envergure nationale, lancé l’an dernier par le Ministère des Solidarités et de la Santé, pour inscrire définitivement la médecine française dans le 21e siècle. la France va développer une douzaine de plateformes de séquençage à très haut-débit sur tout le territoire pour offrir une égalité de soins. A Paris, le projet conjoint de l’AP-HP, de Gustave-Roussy et de l’Institut Curie a remporté les suffrages. Appuyé par les 7 universités d’Ile-de-France et l’Institut hospitalo-universitaire Imagine, il concentre les expertises nécessaires pour développer la médecine génomique au profit des patients atteints de cancers ou de maladies génétiques.

La génomique est le cœur de la médecine personnalisée, développe le Pr Thierry Philip, président de l’Institut Curie. Pour la première fois, cet enjeu crucial réunit les trois plus importantes structures hospitalières de Paris en termes de cancérologie, ainsi que 7 universités. Cette alliance inédite, ce travail commun sans précédent, constituent un véritable pas en avant.

Si les techniques sont compliquées, le principe, lui, est très simple. Le séquençage à très haut-débit permet de décrypter le génome, c’est-à-dire l’ensemble des gènes, d’un individu ou d’une tumeur. Dans le cas d’un cancer, on peut ainsi aller repérer des éléments dans le génome de la tumeur qui permettront d’être plus précis dans le diagnostic. Ainsi, les médecins pourront prescrire des traitements encore plus adaptés et potentiellement plus efficaces pour traitement le patient.

C’est le principe même de la médecine de précision que l’Institut Curie et ses confrères s’attachent à développer. Ainsi, depuis quelques années, les patients atteints de cancers et pour lesquels les traitements classiques ne fonctionnent pas ou plus peuvent bénéficier, à l’Institut Curie, d’une réunion de concertation pluridisciplinaire moléculaire. Des spécialistes se réunissent pour définir s’il est pertinent de rechercher des altérations moléculaires de la tumeur. Lorsque l’analyse permet de trouver des altérations pour lesquelles un traitement existe dans le cadre d’un essai clinique, le patient peut alors être inclus dans l’essai. Dresser le portrait moléculaire de la tumeur est en enjeu particulièrement important dans les cancers pédiatriques. « À la pointe des technologies de séquençage et d’analyse du génome, l’Institut Curie est capable de diagnostiquer précisément tous les cancers pédiatriques, jusqu’aux plus rares et plus complexes, explique Gaëlle Pierron, responsable adjointe de l’unité de génétique somatique de l’Institut. Tous les enfants soignés à l’Institut bénéficient de ce diagnostic moléculaire, mais en tant que centre de référence, 90 % de notre activité vient de l’extérieur."

Grâce à SeqOIA, le séquençage très haut débit donnera une chance à tous les patients atteints de cancer, mais aussi de diverses maladies génétiques de bénéficier d’un diagnostic toujours plus précis et de traitements aussi personnalisés que possible, tout en évitant des traitements inutiles.