Actualité - Parcours patient

Mammographie : un nouvel outil pour des examens moins douloureux et plus précis

Dominique Connan
14/05/2018
Partager
Grâce à un partenariat fructueux, les patientes de l’Institut Curie ont été les premières à tester les pelotes de compression nouvelle génération de Sigmascreening. Grâce à un système innovant, la patiente devient partie prenante de l’examen, dont l’inconfort diminue.
Sigmascreen

Chaque année dans le monde, environ 150 millions de mammographies sont effectuées. La compression du sein nécessaire pour pouvoir pratiquer cet examen d’imagerie peut être mal vécue : elle est parfois douloureuse ou inconfortable. L’Institut Curie réalise quelque 12000 mammographies par an. Il était donc tout naturel que SigmaScreening se tourne vers lui pour tester, pour la première fois en France, la pelote de compression Sensible Sigma™.

Cette nouvelle plaque de compression qui prend en compte la taille et les propriétés des tissus mammaires. La plaque guide vers une compression la plus strictement nécessaire pour des clichés de haute qualité. Une innovation qui se traduit par une prise en charge personnalisée avec une compression sur mesure guidée par la patiente. Des études cliniques ont montré que l'utilisation de la Sensible Sigma™ Paddle, génère une qualité d’image comparable, tout en réduisant de façon significative la douleur décrite par une grande proportion des femmes.

 « Il y a eu une amélioration de la qualité des images avec une diminution du flou, une diminution des épaisseurs du sein avec une augmentation de la force de compression, commente le Dr Pascal Chérel, radiologue, chef du Servide d’imagerie médicale du site de Saint-Cloud de l’Institut Curie.  Par l'intermédiaire du logiciel de suivi de dose « DoseWatch », nous avons constaté une diminution des  doses délivrées. Disposer d'un protocole de compression reproductible est utile afin d'uniformiser les pratiques, d'obtenir des examens de qualité identique au cours des années. » Quant aux patientes, elles apprécient tout particulièrement le fait d’être actrices de l’examen. "Le retour des patientes est très positif, se réjouit Claire Lamy, manipulatrice principale. La patiente est plus impliquée, elle se concentre sur le suivi de l’indicateur ; elle prend sur elle pour atteindre la bonne compression. C’est un excellent outil pour détourner son anxiété. La patiente devient actrice de la qualité de sa mammographie.

En savoir plus
Lire l’actualité sur le site TechTransfer (en anglais)