Actualité - Radiothérapie

Anne-Hélène Monsoro-Burq nommée à l’Institut Universitaire de France

Céline Giustranti
26/09/2016
Partager
Créer du savoir de qualité et le diffuser auprès des étudiants : tel est l’objectif de l’Institut Universitaire de France. Une mission qui résume parfaitement l’enseignante-chercheuse de l’Institut Curie, Anne-Hélène Monsoro-Burq.
Pr Anne-Hélène Monsoro Burq

Pr Anne-Hélène Monsoro Burq, Chef d’équipe - Investigateur Principal. Professeur à l'Université Paris Sud, Investigateur Principal. Le Pr Anne-Hélène Monsoro Burq dirige l’équipe Signalisation et…

Spécialiste du développement de l’embryon, Anne-Hélène Monsoro-Burq est professeur à l’université Paris Sud et chef de l’équipe Signalisation et développement de la crête neurale (CNRS / Inserm / Université Paris Sud / Institut Curie). Son équipe de recherche étudie la formation des structures précoces de l'embryon, notamment une partie du système nerveux ou des cellules pigmentées. Ses recherches se focalisent plus précisément sur l'induction des cellules souches à l'origine de ces dérivés et sur leur émergence par le processus de transition épithélio-mésenchymateuse (TEM). Lors de ce processus, les cellules souches, initialement épithéliales et immobiles, deviennent des cellules migrantes dans l’embryon et colonisent de nombreux organes en formation. Ce phénomène est également activé lorsque des tumeurs épithéliales développent des métastases.

Enseigner et chercher

Depuis 2009, elle mène avec talent sa carrière d’enseignante et de chercheuse, comme l’illustrent ses dernières découvertes. En 2015, son équipe a mis en évidence un mode de contrôle inédit du développement embryonnaire. Ce point de contrôle autorise la spécialisation des cellules souches immatures de l’ectoderme, un des feuillets de l’embryon. C’est une étape essentielle pour que les cellules de l’embryon puissent se spécialiser et former des neurones, de l'épiderme ou des cellules sensorielles.

En devenant membre senior de l’Institut Universitaire de France (IUF), Anne-Hélène Monsoro-Burq va pouvoir poursuivre cette double mission plus sereinement. L’objectif de l’IUF créé en 1991 est d’encourager la recherche de haut niveau dans les universités françaises. Il offre ainsi à ses membres un allégement des deux-tiers de leur service statutaire d'enseignement et des moyens de recherche. "Cette nomination va me permettre de libérer un temps précieux pour développer mes recherches dans de bonnes conditions matérielles et financières,  diffuser nos résultats au sein de la communauté scientifique et en communiquer les enjeux auprès des étudiants ou du grand public", précise Anne-Hélène Monsoro-Burq.

En contrepartie, les nommés doivent contribuer au rayonnement scientifique des universités. Car ce statut de membre senior est destiné à des "enseignants-chercheurs dont la qualité des recherches est reconnue internationalement et à qui il est important de permettre de créer le savoir et de le diffuser"».

Crédit : Sacha Lenormand / Institut Curie