Actualité - Radiothérapie

Radiobiologie expérimentale : un nouveau lieu pour d’ambitieuses recherches

Nathalie Boissière
05/09/2019
Partager
Sur le site d’Orsay du Centre de recherche de l’Institut Curie, au cœur du campus universitaire, un nouveau bâtiment abrite désormais des équipes de recherche. De nouveaux horizons pour la recherche et l’innovation en radiothérapie au bénéfice des patients atteints de cancer.
Radexp

Institut Curie

Après une période de travaux intenses en synergie avec les acteurs du campus d’Orsay de l’université Paris-Saclay, les tests de réception de chantier et les visites réglementaires, l’heure est à l’installation des équipes de recherche ouvrant « concrètement la voie vers de nouveaux horizons », s’est félicité le président du Directoire de l’Institut Curie, le Pr Thierry Philip à l’occasion de l’inauguration du Bâtiment de radiobiologie expérimentale et de l’amphithéâtre Nelly-Riguet, ce 5 septembre 2019.

Le modèle Curie ancré dans le Bâtiment de radiobiologie expérimentale

Démarré en 2015, ce projet n’est pas anodin ! Le Bâtiment de radiobiologie expérimentale vient compléter le site d’Orsay du Centre de recherche de l’Institut Curie. Il a de particulier qu’il est contiguë au Centre de protonthérapie de l’Ensemble hospitalier de l’institut, où sont délivrées les séances de protonthérapie et plus récemment de radiothérapie aux patients atteints de cancer. Dans la droite lignée de l’héritage des fondateurs de l’Institut Curie, la physicienne-chimiste Marie Curie et le médecin Claudius Regaud, « cette implantation va nous permettre de renforcer nos collaborations entre biologistes, physiciens et radiothérapeutes de l’institut dans cet environnement toujours actif, a spécifié Marie Dutreix, co-directrice du programme médico-scientifique (PMS) Radiobiologie et innovation en radiothérapie, directrice de recherche CNRS et cheffe d’équipe au Centre de recherche de l’Institut Curie. « C’est par des projets communs que nous pourrons progresser. »

L’objectif de cette installation est de pouvoir réaliser des expérimentations de radiobiologie, grâce au regroupement d’équipes et de dispositifs sur un même lieu, disposant de performances techniques et sanitaires de haut niveau et à proximité d’un des trois sites en France pouvant proposer des irradiations par protons. Plusieurs entités de l’Institut Curie y seront à pied d’œuvre dans les jours qui viennent :

  • la plateforme de radiothérapie expérimentale (RadexP),
  • une partie du Laboratoire d’investigation pré-clinique (LIP),
  • et bientôt une antenne de la nouvelle plateforme d’imagerie de l’Institut Curie.

D’une surface de 1 300 m2 répartie sur trois niveaux et un niveau technique, le Bâtiment de radiobiologie expérimentale a été conçu et réalisé avec le groupement GCC-ER2i-Jonery. Plus d’une trentaine de personnes étaient impliquées à l’Institut Curie en tant que fonction support ou ressources de l’Institut Curie via des groupes projets et comité de pilotage en synergie avec le Projet immobilier de MC21.

1er Centre de radiothérapie et de protonthérapie

« Nous pouvons être fiers de ces nouvelles opportunités de recherche qui nous sont offertes » reprend le Pr Philip Poortmans, co-directeur du PMS Radiobiologie et innovation en radiothérapie, chef du Département d’oncologie radiothérapique et professeur de la Chaire Marie-Curie PSL Institut Curie. C’est pour l’Institut Curie un enjeu d’avenir. Financé grâce à la générosité du public et à l’engagement du Comité de campagne MC21 présidé par Frédéric Donnedieu de Vabres, cet investissement d’environ 5 millions d’euros, au cœur du PMS du projet d’établissement MC21, doit en effet permettre de développer de nouvelles approches. Berceau de la radiothérapie, l’institut est le 1er Centre de radiothérapie et de protonthérapie de France. Ce nouveau bâtiment est un levier pour atteindre les objectifs que le PMS s’est fixé : accélérer le transfert des innovations vers la clinique comme le déploiement de la radiothérapie Flash, développer de nouveaux médicaments ou associations thérapeutiques sensibilisant les tumeurs à la radiothérapie et développer de nouvelles méthodes d’irradiation pour en augmenter la précision. Continuer d’investir sur le Campus d’Orsay, plus de 50 ans après Irène Curie et son mari Frédéric Joliot, témoigne de l’intérêt commun « à poursuivre l’aventure sur ce terreau scientifique et universitaire qu’est Paris-Saclay » a rappelé Thierry Philip en s’adressant à la présidente de cette université, la Pre Sylvie Retailleau.

Recherche, soin et enseignement, les trois missions de l’institut

La liste des projets et programmes serait trop longue à déployer mais on peut citer le succès récent de l’un d’entre eux. Ainsi, à Orsay, Theradnet auquel participe Marie Dutreix, avec Charles Fouillade et Pierre-Marie Girard de son équipe, aux côtés de Célio Pouponnot, co-chef de l’Équipe signalisation et progression tumorale. La Commission européenne a sélectionné ce projet dédié la formation doctorale sur le thème des radiations thérapeutiques, et coordonné par l’Université de Zurich (Suisse). Quant à la recherche, la radiobiologiste coordonne l’Institut de Recherche Stratégique, mettant en réseau à Paris-Saclay chimistes, physiciens, biologistes et médecins sur l’innovation en radiothérapie. Et très prochainement, une nouvelle équipe Siric devrait arriver avec des projets qui utiliseront pleinement les ressources de ce bâtiment et du Centre de protonthérapie.

Calendrier

  • 11 mars 2015 : document projet pour une plateforme de radiothérapie expérimentale MC21-RadeXP
  • 10 mai 2016 : fin de rédaction du programme technique détaillé
  • 28 juillet 2017 : obtention du permis de construire
  • décembre 2017 : démolition du bâtiment 101B jouxtant le Centre de protonthérapie
  • 15 mars 2018 : pose événementielle de la première pierre du bâtiment
  • 5 septembre 2019 : inaugurations du Bâtiment de radiobiologie expérimentale et de l’amphithéâtre Nelly-Riguet