Département D3i

Les professeurs Le Tourneau et Doz entourés de l’équipe dédiée aux essais précoces de l’Institut Curie, labellisée CLIP2.

Des équipes dédiées et structurées

Emilie Gillet
02/09/2019
Partager
Les essais précoces sont menés au sein d’unités spécialisées, avec un personnel soignant entièrement dédié et des lits d’hospitalisation.

En effet, les patients font l’objet d’une surveillance beaucoup plus intense que pour des essais tardifs ou des traitements standard. Examens cliniques, sanguins, imagerie médicale… L’objectif est de garantir leur sécurité et de comprendre comment leur organisme et la tumeur réagissent face à cette nouvelle stratégie thérapeutique. Depuis 2010, l’Institut national du cancer (INCa) participe au développement des équipes dédiées aux essais précoces en leur décernant, dans le cadre d’un appel à candidatures, le label CLIP2 (pour Centres labellisés INCa de phase précoce). Les équipes sont évaluées par leurs pairs, des chercheurs et cliniciens reconnus internationalement pour la qualité de leurs recherches mais aussi leur mode d’organisation. Au nombre de 16 actuellement en France, ces centres labellisés reçoivent un soutien financier et logistique de l’INCa. Ce label permet aussi de renforcer leur visibilité et leur attractivité auprès des industriels du médicament, et donc de se voir confier plus de nouvelles molécules à tester.

En 2016, 227 nouveaux essais précoces ont été lancés par les centres labellisés CLIP2, incluant plus de 4 800 patients

précise Frédérique Nowak, responsable du département Biologie, transfert et innovations de l’INCa.

Par ailleurs, certaines équipes travaillant dans un domaine particulier se structurent entre elles afin de favoriser notamment le recrutement des patients. C’est le cas par exemple des CLIP2 travaillant sur les lymphomes, rassemblés au sein du groupe coopérateur LYSA, ou des centres spécialisés dans les cancers pédiatriques, qui ont lancé notamment l’essai précoce AcSéESMART en 2016. Son objectif est d’identifier les anomalies moléculaires chez plus de 300 enfants ayant un cancer (toutes localisations confondues) et en échec thérapeutique, en vue de leur proposer de nouveaux médicaments type thérapie ciblée et/ou immunothérapie. À ce jour, dix molécules ont été mises à disposition gratuitement par des laboratoires pharmaceutiques pour la réalisation de cet essai.