Actualité - Innovation

PariSanté Campus : l’Institut Curie accélère sa dynamique d’innovation en santé numérique

Célia Khalif
14/12/2021
Partager
Depuis plus de 20 ans, l’Institut Curie met en œuvre des projets autour de l’Intelligence Artificielle (IA) et des « big data » au service de la lutte contre le cancer. Aujourd’hui, l’Institut Curie, membre fondateur de l’Université PSL, compte parmi les forces vives de PariSanté Campus inauguré par le Premier Ministre le 14 décembre 2021.
PariSanté Campus

Par son expertise en recherche pluridisciplinaire, ses grandes quantités de données cliniques structurées, ses capacités reconnues de valorisation et de transfert, l’Institut Curie, avec ses partenaires, jouera dans les années à venir un rôle majeur pour concrétiser la médecine de demain.

 

Inauguré officiellement le 14 décembre 2021, PariSanté Campus ambitionne de devenir un lieu de recherche, de formation et d’entrepreneuriat fédérant des acteurs publics et privés[1] autour d’une ambition commune : structurer une dynamique de recherche et d'innovation en santé numérique de rayonnement mondial. Membre fondateur de l’Université PSL, l’Institut Curie, pionnier dans le domaine de l’IA, intègre PariSanté Campus à travers les équipes impliquées dans les chaires PRAIRIE et plusieurs start-ups (spin-offs ou partenaires) qui y seront hébergées. 

 

Amaury

 La spécificité de l’Institut Curie est de disposer à la fois de données cliniques de premier plan en oncologie et d’expertises de recherche en génétique et bio-informatique : trois piliers pour la médecine de demain. Ces atouts, associés à l’excellence des équipes de l’Université PSL et à la dynamique impulsée par notre label Carnot, nous permettront d’accélérer les développements en santé numérique et faire progresser les traitements en cancérologie.

 

 

déclare Amaury Martin, directeur adjoint du Siège en charge de la Valorisation, des Partenariats Industriels, des Données et directeur du Carnot Curie Cancer.

L’Institut Curie, acteur majeur de l’IA & des big data en santé

L’IA émerge dans de nombreux domaines, tout particulièrement dans la santé : recherche en biologie, aide au diagnostic, prédiction… Concrètement, il s’agit de concevoir des algorithmes qui permettent aux machines de résoudre des problèmes complexes simulant des processus cognitifs humains (apprendre, hiérarchiser la mémoire, raisonner…), en exploitant de grosses masses de données qui servent de base d’apprentissage. L’IA permet par exemple à ces algorithmes de reconnaître et classer des images, détecter des objets… En santé aussi, l’IA est intimement liée aux « big data » (très grandes quantités de données) et aux énormes capacités de collecte, de stockage et de calcul des systèmes informatiques modernes. Depuis une vingtaine d’années, l’Institut Curie s’attèle, au sein de son Ensemble Hospitalier, à collecter des données massives et à développer des programmes de recherche pour les analyser. Une direction des datas a été créé en 2017, afin de structurer et développer l’expertise de l’Institut Curie en la matière.

 

Emmanuel Barillot

Avec le séquençage génomique et l’analyse de l’expression génique des tumeurs, les chercheurs disposent d’une masse extraordinaire d’informations qui induit une transformation non seulement quantitative, mais aussi qualitative de la recherche et des soins. A ces données génomiques s’ajoutent bien sûr les données d’imagerie : IRM, PET-scan, anatomopathologie. Les bases de données de référence de l’Institut Curie, qui comprennent des génomes de tumeurs et autres caractéristiques biologiques, leur imagerie (PET-scan, IRM, anatomo-pathologie…) et leur évolution en fonction des traitements, permettent de faire avancer la recherche et de traiter plus efficacement de nouveaux patients.

 

précise Emmanuel Barillot, directeur de l’unité de bio-informatique « Cancer et Génome » de l’Institut Curie, qui est passée de 5 à 100 personnes en 15 ans.

 

L’Institut Curie a également marqué son engagement dans l’innovation sur les data en santé à travers le co-pilotage de projets nationaux (tels que la plateforme ConSoRe ou le groupe OSIRIS), la création de la plateforme francilienne SeqOIA aux côtés de l'AP-HP, de Gustave-Roussy et de l'Institut Imagine, dotant l’Institut Curie de capacités croissantes en bioinformatique, ou encore la coordination avec PSL de l’Institut de Convergence Q-Life autour de la biologie quantitative multi-échelle.

Un positionnement clair appuyé par une stratégie ambitieuse de développement de partenariats avec les entreprises clés du secteur. Quelques exemples récents : une collaboration avec Google utilisant l'intelligence artificielle pour l’analyse de données transcriptomiques et épigénétiques complexes afin d’améliorer la compréhension du cancer, ou encore un partenariat avec Intel pour le développement et l’utilisation d’outils et de techniques innovantes de calcul intensif en bioinformatique pour améliorer l'utilisation du profilage moléculaire dans les contextes de recherche et d'oncologie clinique.

 

L’Institut Curie, au cœur de PariSanté Campus

Depuis 2019, les équipes de l’Institut Curie sont fortement impliquées dans des missions de recherche et d’enseignement en IA à travers le projet PRAIRIE (voir encadré ci-dessous). Elles sont investies dans quatre chaires pluridisciplinaires avec Mines ParisTech qui sont dédiées à la recherche en mathématique, informatique, statistique, etc. Elles ont pour but de modéliser, créer des algorithmes et être en mesure de valoriser les bases de données qu’il s’agisse de données « omics » tumorales (génomique, transcriptomique, protéomique, métabolomique…), de dossiers médicaux, d’imagerie, de littérature scientifique… L’objectif ? Mettre au point des applications de l’IA très variées allant de la bio-imagerie, à l’identification de biomarqueurs, jusqu’à l’étude de cellules uniques pour optimiser les stratégies de traitement dans le cadre de la médecine de précision. Dans un avenir proche, les chaires PRAIRIE seront intégrées au nouveau PariSanté Campus.

Catalyseur d’innovation en santé, PariSanté Campus accueillera en son cœur plus de 50 start-ups. Ce lieu unique permettra d’héberger des start-ups issues ou partenaires de l’Institut Curie. Parmi elles : une société spécialisée en IA, Magic-Lemp, lauréate en 2021 avec l’Institut Curie du Challenge AI4Health de la région Ile de France et en 2020 du Challenge AI4Curie avec SwissLife pour ses travaux sur la prédiction de réponse aux traitements d’immunothérapie dans les cancers du poumon. Deux spin-offs de l’Institut Curie bénéficieront également de locaux sur le site : One Biosciences, dédiée à l’analyse en cellule unique, et Avatar Medical, co-fondée avec l’Institut Pasteur, experte dans la réalité virtuelle pour améliorer la chirurgie des cancers.

 PariSanté Campus représente pour l’Université PSL dans son ensemble et pour l’Institut Curie en particulier, une opportunité majeure de franchir un nouveau cap dans la recherche et le développement basés sur les données de santé. Rassembler plusieurs disciplines et différents acteurs, y compris des entreprises, dans un même lieu va créer une dynamique interdisciplinaire, accélérer le transfert vers des applications cliniques mais aussi accroitre les connaissances scientifiques en tirant partie de la puissance de l’IA.

conclut Amaury Martin.

 

PRAIRIE est un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) lancé à l’occasion du sommet « AI for Humanity », en mars 2018, par le président Emmanuel Macron. Il réunit l’Université de Paris, le CNRS, Inria, l’Institut Pasteur et l’Université PSL, à laquelle appartiennent Mines Paris – PSL et l’Institut Curie. Plusieurs entreprises (Amazon, Engie, GE Healthcare…) sont aussi parties prenantes du projet, qui a différents objectifs : contribuer au progrès des connaissances en IA, mener des recherches à fort impact socio-économique, contribuer à la formation. Domaines d’intervention : santé, environnement et transport. > https://prairie-institute.fr

 

Pour aller plus loin :

 

[1] PariSanté Campus est composé de 5 membres fondateurs : l’Inserm, l’Inria, PSL dont est membre l’Institut Curie, le Health Data Hub et l’Agence du Numérique en Santé (ANS).

Pour aller plus loin