Actualité - Publication

Mélanome uvéal métastatique : une nouvelle molécule d’immunothérapie améliore la survie

Service de presse
23/09/2021
Partager
Pour la première fois, une étude clinique démontre l’efficacité d’une nouvelle molécule d’immunothérapie sur la survie globale des patients atteints de mélanome uvéal métastatique, coordonnée en France par le Dr Sophie Piperno-Neumann, oncologue médicale à l’Institut Curie. Les résultats font l’objet d’une publication dans le New England Journal of Medicine le 23 septembre 2021.
Laboratoire

Avec 500 à 600 nouveaux cas par an en France, le mélanome uvéal (ou mélanome de l’uvée) est le cancer de l’œil le plus fréquent chez l’adulte. Chaque année, l’Institut Curie prend en charge environ deux tiers des nouveaux cas de mélanome uvéal en France. Centre de référence national et européen pour la prise en charge de cette pathologie dans le cadre des réseaux Melachonat et Euracan, l’Institut Curie est reconnu au niveau international pour son expertise dans ce cancer.

Chez un patient sur trois, la maladie se propage sous forme de métastases (le plus souvent hépatiques) et, jusqu’à présent, il n’existait aucune thérapie réellement efficace pour traiter ces métastases. Cependant, une toute nouvelle immunothérapie, le tebentafusp, pourrait bien changer la donne. C’est ce que révèle l’étude internationale randomisée de phase 3 (IMCgp100-202) coordonnée en France par le Dr Sophie Piperno-Neumann à l’Institut Curie et menée auprès de 378 patients atteints de mélanome uvéal métastatique.

L’étude IMCgp100-202 démontre pour la première fois que le tebentafusp augmente significativement la survie globale des patients, par comparaison aux traitements existants. En effet, la survie à 1 an est de 73% pour les patients ayant reçu le tebentafusp, contre 59% pour les autres patients. De plus, 31% des patients ayant reçu le tebentafusp n’ont pas rechuté à 6 mois, contre 19% des patients dans le groupe traitement au choix de l’investigateur.

Le tebentafusp est une protéine bispécifique capable de rediriger les lymphocytes T CD3+ du patient contre la glycoprotéine gp100, exprimée par les cellules de la peau et les cellules tumorales de mélanome. Il stimule ainsi une réaction immunitaire ciblée, réduisant la croissance tumorale. Le tebentafusp peut être utilisé chez environ 45% des patients (ceux ayant un sérotype HLA-A*02:01, nécessaire pour déclencher cette immunité anti-mélanome).

 Ces résultats sont très enthousiasmants : le tebentafusp se révèle être le premier traitement expérimental avec un réel bénéfice en survie chez des patients atteints de mélanome uvéal métastatique; cela va changer les pratiques en situation avancée de la maladie, mais possiblement aussi en situation adjuvante après traitement local de la tumeur oculaire, dans le but de diminuer le risque de développer des métastases

déclare le Dr Sophie Piperno-Neumann.

« Ces travaux sont d’autant plus prometteurs que Tebentafusp est le premier médicament de ce nouveau type d’immunothérapie appelée « bispécifiques », également en développement dans le traitement d’autres cancers ». Actuellement disponible en ATU (Autorisation Temporaire d’Utilisation) à l’Institut Curie et dans les centres ayant participé à l’étude, il devrait être plus largement disponible dans les mois à venir pour les patients atteints de mélanome uvéal métastatique.

 

Référence : Overall Survival Benefit with Tebentafusp in Metastatic Uveal Melanoma.
N Engl J Med 2021; 385:1196-1206 - DOI: 10.1056/NEJMoa2103485
https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2103485

 

Pour aller plus loin