Examen-pathologie

Cancer du poumon : les outils du diagnostic

Mathilde Regnault
24/03/2017
Partager
Plusieurs examens sont nécessaires pour confirmer le diagnostic de cancer du poumon et pour évaluer l’extension de la maladie.

Si l’examen clinique et les examens radiologiques évoquent un cancer du poumon, il est absolument indispensable de faire un prélèvement de la lésion, par biopsie, pour obtenir une preuve histologique ou cytologique.

Les biopsies sont réalisées soit par fibroscopie bronchique, c’est à dire par un petit tube introduit dans le nez ou la bouche, que le médecin descend jusque dans le poumon pour atteindre la lésion et faire le prélèvement, soit par ponction percutanée, c’est à dire par une aiguille que le radiologue, pendant un scanner ou une échographie, introduit au travers de la peau jusqu’à la lésion. Un recours à la chirurgie est parfois nécessaire pour prélever un ganglion dans le médiastin ou pour réaliser une biopsie du poumon.

La preuve histologique ou cytologique est obtenue par un examen au microscope des tissus et/ou des cellules. Des analyses complémentaires sont souvent nécessaires pour affiner le diagnostic et identifier le traitement le plus adapté.

Le diagnostic peut être celui d’une affection non cancéreuse.

Pour évaluer l’extension de la maladie, une imagerie sera réalisée pour identifier toutes les lésions présentes dans l’organisme, élément déterminant pour ensuite définir la stratégie thérapeutique: scanner thoracique avec des coupes abdominales incluant les surrénales, un scanner ou idéalement une IRM cérébrale, et une tomographie par émission de positons (TEP).

Plusieurs stades de cancer du poumon

A l'issue de ce bilan d'extension, la maladie sera classée dans l'un des 4 stades.

  • Stade I : C’est un cancer localisé dont la taille est inférieure ou égale à 4 cm, sans atteinte ganglionnaire régionale et sans métastases
  • Stade II : C’est un cancer localisé dont la taille est supérieure à 5 cm et/ou qui présente une atteinte ganglionnaire intra-pulmonaire, péribronchique ou hilaire, sans atteinte ganglionaire régionale et sans métastases
  • Stade III : C’est un cancer localement avancé en raison d'une atteinte ganglionnaire médiastinale et/ou de l’envahissement du médiastin ou de la paroi thoracique
  • Stade IV : C’est un cancer qui s’associe à au moins une métastase.