Consultation femme

Succès contre les cancers du sein triple négatifs

Emilie Gillet
03/08/2020
Partager
« Dans le domaine du cancer du sein, l’immunothérapie n’est pas en retard », affirme le Dr Marie-Paule Sablin, oncologue médical à l’Institut Curie. Mais les résultats des premiers essais cliniques étaient un peu décevants comparés à ceux observés dans les autres types tumoraux, avec des taux de réponse plus faibles.

Pour les chercheurs, il a donc fallu réfléchir à améliorer la stratégie et mieux cibler les patientes pouvant bénéficier d’un tel traitement.

Nous avons compris que l’immunothérapie de type anti-checkpoints (qui empêche les cellules cancéreuses d’inhiber le système immunitaire) n’est pas assez efficace seule. Donc, très vite, nous nous sommes intéressés aux combinaisons chimiothérapie + immunothérapie.

Depuis 2018, plusieurs essais internationaux auxquels l’Institut Curie a participé ont ainsi donné des résultats très encourageants. Cette stratégie de combinaison est particulièrement intéressante pour les cancers du sein dit triple négatifs, c’est-à-dire ne présentant ni récepteurs hormonaux ni récepteurs HER2. De fait, ces cancers triple négatifs ne peuvent être traités ni par hormonothérapie ni par une thérapie ciblée anti-HER2. Ils représentent environ 15 % de l’ensemble des tumeurs du sein, surviennent souvent chez des femmes plus jeunes et sont associés à un pronostic moins favorable.

Grâce aux résultats positifs des essais de combinaison (chimiothérapie + immunothérapie anticheckpoints) dans les cancers du sein triple négatifs, nous avons pu changer nos pratiques pour certaines de nos patientes, précise le Dr Sablin. L’année dernière, nous avons également obtenu des résultats encourageants de ces associations dans des formes précoces de ces mêmes cancers triple négatifs.

 

Immunothérapie checkpoints