Actualité - Cancers de l'enfant

Etude MICCHADO : 3 questions au Dr Schleiermarcher

Catherine Goupillon
08/02/2018
Partager
Pourquoi certains cancers de l’enfant résistent aux traitements ? Comment augmenter leurs chances de guérison dès le diagnostic ? L’étude MICCHADO lancée en 2017 va analyser les gènes tumoraux et de l’immunité jeunes patients sur six années pour tenter de répondre à ces questions cruciales.
Dr Gudrun Schleiermarcher

Dr Gudrun Schleiermarcher, médecin du Département d'oncologie pédiatrique.

Quels types de cancers l’étude MICCHADO concerne-t-elle ?

Nous incluons dans cette étude des enfants, adolescents et jeunes adultes présentant un cancer « de haut risque », autrement dit, ayant une chance de guérison inférieure à 50%. Comme ce programme accepte tous les types de pathologie cancéreuse de haut risque, il peut devenir très vaste et apporter des réponses pour l’ensemble des enfants dans cette situation. Cependant, certains cancers spécifiquement pédiatriques nous intriguent particulièrement, comme le neuroblastome, le cancer solide extra-crânien le plus fréquent chez le jeune enfant. Certaines formes guérissent spontanément même à un stade métastasique alors que pour d’autres, le taux de guérison n’excède pas 40%.  

 

Sur quelles analyses cette étude se fondera-t-elle ?

Nous savons aujourd’hui que deux phénomènes jouent un rôle important dans la progression des tumeurs et leur résistance aux traitements : l’instabilité de l’ADN des tumeurs  avec une modification des altérations génétiques (telles que les mutations) au cours du temps et les interactions immunitaires entre la tumeur et l’organisme du patient. Nous allons donc réaliser des prélèvements tumoraux et des prises de sang régulières chez nos patients. Nous analyserons l’ADN tumoral et l’ADN circulant par séquençage à haut débit, mais aussi le micro-environnement de la tumeur et le système immunitaire du patient par des techniques spécifiques permettant de dresser une caractérisation détaillée du profil et de la réponse immunitaire. Nous allons ainsi dresser le portrait moléculaire de ces cancers à haut risque en intégrant leur évolution dans le temps et leurs effets immunologiques.

 

Quel objectif souhaitez-vous atteindre par les nouvelles connaissances que vous obtiendrez ?

Nous formons l’hypothèse que les altérations moléculaires avec accumulation de mutations rendent les traitements actuellement proposés insuffisants chez certains patients. Notre objectif est d’obtenir des renseignements plus précis et complets sur les mécanismes d’apparition et de développement de cancers difficiles à traiter et de comprendre les modifications du système immunitaire liées à ces évolutions. J’espère que nous mettrons en évidence des biomarqueurs circulants ou immunologiques permettant d’anticiper l’apparition d’une résistance à un traitement et/ou à une rechute. J’espère également que nous découvrirons de nouvelles cibles thérapeutiques permettant de développer des médicaments qui, mis en œuvre dès le diagnostic dans le cadre d’essais cliniques, augmenteront les chances de guérison des patients atteints d’un cancer de haut risque et éviteront les rechutes.

Le Dr Gudrun Schleiermacher est pédiatre oncologue et responsable de l’équipe de recherche Translationnelle (Inserm/Institut Curie) au centre d’oncologie SIREDO* de l’Institut Curie, et investigateur principal de l'étude MICCHADO

*SIREDO : Soins, Innovation, Recherche, en oncologie de l’Enfant, de l’aDOlescent et de l’adulte jeune

 

 

MICCHADO  

L’étude MICCHADO (Molecular and Immunological Characterisation of high risk CHildhood cancer At DiagnOsis) inclura 600 patients de tous les centres de la Société Française de lutte contre les Cancers et leucémies de l’Enfant et de l’adolescent (SFCE). Soutenue par les associations Imagine for Margo, Kickcancer, Hubert Gouin, Enfants Cancer et Santé et par des partenariats industriels, elle est menée en collaboration avec Gustave Roussy (Villejuif) et le Centre Léon Bérard (Lyon).