Actualité - Innovation

Immunothérapie : explorer le « génome gris » pour de nouvelles cibles thérapeutiques

Institut Curie
23/06/2022
Partager
La stratégie de transfert de technologie de l'Institut Curie porte une nouvelle fois ses fruits. Des travaux de Sebastian Amigorena, chef d'équipe à l'Institut Curie, menés en collaboration avec Mnemo Therapeutics, spin-off de l’Institut Curie dont il est co-fondateur, mettent en évidence une approche inédite de découverte de cibles spécifiques du cancer pour l'immunothérapie, en sondant des zones inconnues du génome.
Laboratoire

Publiée dans Cell Reports le 7 juin dernier, une étude menée par l’équipe de Sebastian Amigorena, directeur de recherche au CNRS à la tête de l’équipe Réponses immunitaires et cancer (Institut Curie, Inserm), en collaboration avec  Mnemo Therapeutics, spin-off de l’Institut Curie dont le chercheur est co-fondateur, vient de mettre en évidence de nouvelles cibles tumorales pour l'immunothérapie : les peptides dérivés des éléments transposables également appelés « transposons » ou « gènes sauteurs », des régions mobiles de l'ADN qui se déplacent vers d'autres zones du génome.

Une exploration inédite du génome pour identifier de nouvelles cibles thérapeutiques

Le génome humain est communément divisé en deux grandes catégories. 4% du génome code pour des protéines et les 96% restants sont constitués d’éléments non codants ou très peu connus : on parle de « génome sombre ». Les résultats de cette étude publiée dans Cell Reports démontrent que de nouvelles cibles spécifiques aux cellules tumorales peuvent être trouvées en dehors des 4 %, nécessitant d'élargir la constitution du génome humain en y incluant une nouvelle zone : le « génome gris ». Celui-ci représenterait environ 45% du génome et serait composé d’éléments transposables, d’ARN non codants et de quelques autres transcrits non codants. Les chercheurs ont révélé une transcription accrue de ces « gènes sauteurs » dans certaines cellules cancéreuses, ce qui suggère qu'ils pourraient coder pour des antigènes tumoraux.

Mis en évidence dans le cadre d’études réalisées chez des patients atteints de glioblastome, ces résultats entérinent le développement d’une approche inédite visant à élargir le champ connu des cibles tumorales en sondant des zones inconnues du génome, laissant entrevoir son application à une grande diversité d’indications, comme l’explique Sebastian Amigorena :

Les cibles connues sont codées par un très faible pourcentage du génome humain, ce qui laisse de vastes régions riches en cibles potentielles spécifiques aux tumeurs non caractérisées et inexplorées. Les recherches présentées dans cette publication fournissent des preuves fondamentales que nous pouvons sonder le « génome gris » pour identifier les caractéristiques ayant un potentiel prometteur pour coder des cibles spécifiques au cancer.

Une stratégie de transfert de technologie fructueuse pour l'Institut Curie

Ces résultats ont pu être obtenus en utilisant une approche protéogenomique[1] associée à la puissance du moteur de découverte EnfiniT de Mnemo Therapeutics, un outil technologique de pointe qui permet d'identifier de nouveaux antigènes spécifiques du cancer et de renforcer la mémoire et la persistance des cellules immunitaires. Société spin-off de l’Institut Curie co-fondée en 2019 avec le Memorial Sloan Kettering Cancer Center, Mnemo Tx[2] est spécialisée dans le développement d’immunothérapies transformationnelles qui améliorent la capacité de l'organisme à combattre et à vaincre le cancer.

Après une levée de fonds en série A record réalisée en 2021, Mnemo Therapeutics continue son ascension fulgurante, en choisissant de poursuivre sa collaboration avec l’Institut Curie. Cela illustre une nouvelle fois l’attractivité et l’excellence de la recherche à l’Institut Curie mais aussi la dynamique de notre stratégie de transfert de technologie qui permet de détecter, de développer et d’amener des innovations de rupture sur le marché, pour apporter de nouvelles solutions thérapeutiques aux patients.

se réjouit Cécile Campagne, directrice de la Valorisation et des Partenariats Industriels à l’Institut Curie et directrice adjointe de Carnot Curie Cancer.

Les résultats fournissent la preuve de concept d'une cible unique dans le glioblastome, actuellement en cours de validation expérimentale par Mnemo Therapeutics.

 

[1] La protéogénomique est un domaine de recherche biologique qui utilise une combinaison de protéomique, de génomique et de transcriptomique pour aider à la découverte et à l'identification de peptides.

[2] Mnemo Therapeutics a bénéficié depuis 2016 du programme d’incubation de l’Institut Curie avec l’accompagnement des fondateurs scientifiques dans les différentes étapes qui ont conduit à la création de la société.

 

► Lire la publication

Lire aussi