Actualité - Innovation

Le label Institut Carnot de l’Institut Curie renouvelé

Mathilde Regnault
13/07/2016
Partager
Obtenu pour la première fois par l’Institut Curie en 2011, le Label Carnot vise à développer la recherche entre laboratoires publics et entreprises privées. L’Institut Curie vient d’obtenir son renouvellement pour la période 2016-2021. Objectif : renforcer les liens avec les industriels pour une recherche encore plus efficace, au service du patient.
Logo Carnot

"L’Institut Curie a considérablement renforcé ces dernières années sa capacité à  nouer des partenariats ambitieux avec des industriels, notamment grâce à  l’obtention en 2011 du prestigieux label Institut Carnot. Notre objectif sera d’amplifier cette dynamique en tirant profit de l’excellence reconnue mondialement du Centre de Recherche et de l’Ensemble Hospitalier de l’Institut Curie", se réjouit Amaury Martin, directeur de la Valorisation et des partenariats industriels et directeur de l’Institut Carnot Curie-Cancer.

L’Institut Carnot Curie-Cancer est directement ancré dans la stratégie imaginée par Marie Curie au début du XXe siècle et plus d’actualité que jamais : de la paillasse au lit du patient, et vice versa. En effet, Curie-Cancer s’appuie sur les multiples talents de l’Institut Curie, aussi bien en recherche fondamentale, que translationnelle et clinique.  "L’offre de Curie-Cancer a été conçue pour proposer aux industriels un guichet unique rassemblant toute l’expertise nécessaire au développement de thérapeutiques , de dispositifs médicaux et d’outils pour la recherche sur les cancers, explique Amaury Martin. Pour l’Institut Curie, ces partenariats industriels sont clés pour amener de nouveaux traitements sur le marché. On estime par exemple à un milliard d’euros le coût du développement d’une nouvelle thérapie en oncologie et son  temps de développement prendra par ailleurs 10 à 15 ans. Ces coûts et délais ne pourraient être supportés par l’Institut Curie seul.

Pour les six années à venir, le directeur de l’Institut Carnot Curie-Cancer, nommé en janvier 2016, souhaite "renforcer la dynamique de transfert de technologie et se donner les moyens d’une politique plus proactive, tournée vers l’innovation ouverte, le co-développement et l’international".