Actualité - Innovation

Une molécule issue de travaux menés à l’Institut Curie et développée par Abivax présente des résultats prometteurs pour son essai de phase 2a

Institut Curie
25/03/2022
Partager
Une molécule née dans les laboratoires de l’Institut Curie, désormais dans les mains de la société Abivax, révèle des résultats très prometteurs pour son essai clinique de phase 2a. A la clé ? De nouvelles thérapies qui pourraient s’avérer révolutionnaires pour la prise en charge des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et plus largement de maladies inflammatoires chroniques, aujourd’hui difficiles à traiter.
Labex

Abivax, société biopharmaceutique née de la collaboration entre l’Institut Curie et l’Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier (IGMM), vient d’annoncer des résultats positifs pour son essai clinique de phase 2a de sa molécule ABX464 dans la polyarthrite rhumatoïde. La société est spécialisée dans le développement de nouveaux médicaments modulant le système immunitaire afin de traiter les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer.

Vers des traitements plus efficaces pour combattre les maladies inflammatoires chroniques ?

Molécule la plus avancée d’Abivax, ABX464 est un puissant agent anti-inflammatoire capable de moduler la synthèse de certains ARN. Ce mécanisme d’action unique le positionne en tant que potentiel nouveau traitement de choix pour les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques sévères, pour lesquels le besoin de solutions thérapeutiques bien tolérées et efficaces à long-terme reste majeur.

La société annonce les résultats prometteurs de son étude de maintenance de phase 2a, évaluant le taux de maintien de l’efficacité d’ABX464 dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Cette maladie inflammatoire chronique et auto-immune, dont le nombre de cas diagnostiqués a été estimé à près de 4 millions en 2021, cause d’importantes douleurs articulaires qui peuvent devenir invalidantes avec le temps. 

Parmi les 40 patients ayant reçu quotidiennement pendant un an, un dosage de 50mg d’ABX464, 58% ont présenté une réponse clinique favorable avec une amélioration notable de leur qualité de vie (diminution des douleurs articulaires, du nombre de synovites[1], etc.). Des résultats porteurs d’espoir comme explique le Pr Hartmut J. Ehrlich, CEO d’Abivax :

Ces résultats entérinent clairement la poursuite du développement clinique d’ABX464 dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. En outre, ils sont en cohérence avec les données générées lors de nos études de phase 2a et 2b dans la rectocolite hémorragique[2] et suggèrent qu’ABX464 a la capacité de traiter un large éventail de maladies inflammatoires chroniques.

ABX464 : une molécule née dans les laboratoires de l'Institut Curie

Il est particulièrement gratifiant de voir cette molécule née au sein des laboratoires de l’Institut Curie, se révéler si prometteuse pour le traitement de maladies inflammatoires chroniques. Ces résultats extrêmement encourageants laissent présager qu’ABX464 a le potentiel de constituer une avancée thérapeutique réelle pour ces indications à très fort besoin médical,

se réjouit le Dr Florence Mahuteau-Betzer, directrice de recherche au CNRS, à la tête de la Chimiothèque de l'Institut Curie dont la molécule ABX464 est originellement issue. Initialement dénommée Splicos, Abivax a été créée en 2009 à partir des résultats obtenus lors d’un criblage[3] de cette collection de petites molécules qui contient plus de 10 000 substances permettant de tester en haut débit des candidat-médicaments et d’identifier des molécules dites « touches[4] ». ABX464 a été conçue et synthétisée par optimisation des touches issues du criblage initial.

Depuis sa création, Abivax développe sous licence de l’Institut Curie, du CNRS et de l’Université de Montpellier, des médicaments basés sur un portefeuille de plus de 20 brevets dont plusieurs codéveloppés avec les équipes de l’Institut Curie.

L’avancée de cette société, dont le produit phare est issu des travaux de chercheurs CNRS à l’Institut Curie et de l’IGMM, illustre l’importance de la valorisation de la recherche et de continuer à collaborer avec les entreprises pour donner à nos innovations toutes les chances d’atteindre les patients.

conclut le Dr Cécile Campagne, directrice de la Valorisation et des Partenariats Industriels à l’Institut Curie et Directrice Adjointe du Carnot Curie Cancer.

 

 

[1] Inflammation de la membrane synoviale. Cette membrane tapisse les articulations et sécrète un liquide dont la fonction est de faciliter le glissement articulaire et l'amortissement des chocs.

[2] Inflammation chronique de la muqueuse intestinale présente au niveau du rectum et qui s'étend, dans la plupart des cas et de façon continue, sur une partie ou sur la totalité du colon.

[3] Dans le monde académique, le criblage facilite la découverte de molécules susceptibles d’avoir des applications thérapeutiques.

[4] Le criblage primaire permet d’identifier des molécules montrant une activité significative, appelées « touches ». Ces molécules sont testées à nouveau, au cours d’un criblage secondaire, afin de confirmer et affiner leurs activités.