Actualité - Médecine de précision

Cancer : profil génomique et choix des traitements

Céline Giustranti
09/04/2018
Partager
Retour sur un premier bilan de 3 ans d’expérience de la RCP moléculaire qui permet d’orienter les patients vers un essai clinique avec un médicament ciblant une altération moléculaire identifiée, des thérapies de plus nombreuses en cancérologie.
preparation-chimioT

Pendant longtemps le choix des traitements du cancer a seulement reposé sur la localisation tumorale, l’âge du patient, aspect des cellules. Depuis une vingtaine d’année, ont été développée des thérapies dites ciblées qui ne sont efficaces qu’en présence de l’altération moléculaire correspondante. C’est le cas du trastuzumab pour le traitement des cancers dits HER2+ par exemple. Plus récemment, les immunothérapies ont fait leur apparition. De la même manière, la recherche de certaines altérations moléculaires permettrait de prédire l’efficacité de ces traitements, comme l’expression de PD-L1 ou le nombre de mutations de la tumeur par exemple. Etant donné qu’un certains nombres d’essais cliniques de nouveaux médicaments ne peuvent être proposés qu’aux patients dont la tumeur a telle ou telle altération moléculaire, l’Institut Curie a décidé de mettre en place une RCP moléculaire afin de pouvoir rechercher ces altérations moléculaires et ainsi de pouvoir proposer ces essais à ses patients.

 

RCP moléculaire : le cœur d’une prise en charge adaptée

« Il s’agit d’une réunion de concertation pluridisciplinaire hebdomadaire qui rassemble oncologues, biologistes, pathologistes, ingénieurs de plateformes de biotechnologies… pour décider de la stratégie thérapeutique à adopter pour chaque patient, explique Maud Kamal qui est la responsable scientifique de cette réunion depuis sa création à l’Institut Curie en 2014. A partir du rapport technique fourni par les bioinformaticiens, les experts biologistes interprètent toutes les altérations moléculaires de la tumeur des patients afin d’identifier au cas par cas si les patients peuvent être orientés vers un essai clinique de thérapie ciblée ou d’immunothérapie. »

Entre le 4 octobre 2014 et le 31 octobre 2017, les dossiers de 442 patients ayant fait l’objet d’une analyse moléculaire (par NGS, hybridation in situ ou CGH array) ont été passé au crible de la RCP moléculaire. Une altération moléculaire a été identifiée dans 280 prélèvements soit chez 63 % des patients. Et celle-ci était éligible pour une thérapie ciblée pour 207 patients.

« Au total 45 patients ont finalement pu être inclus dans un essai clinique et bénéficié d’une thérapie ciblée, précise le Pr Christophe Le Tourneau, coordinateur médical de la RCP moléculaire et chef du tout nouveau département d’essais précoces D3i (Department of Drug Devlopment and Innovation) qui a été créé en janvier 2018. Le délai entre la réception du prélèvement et les résultats de l’analyse est de 28 jours, soit un temps compatible avec la prise en charge clinique. La RCP moléculaire est aujourd’hui intégrée dans la pratique clinique, avec à la clé une plus grande inclusion des patients dans des essais cliniques, ce qui représente un réel avantage pour les patients.

Avec l’essor de la génétique, le médecin ne peut plus travailler seul. Il doit tenir compte des résultats d’analyses moléculaires complexes qui nécessitent une concertation entre biologistes, experts des différentes plateformes et bioinformaticiens. Afin d’entrer dans cette nouvelle ère de la cancérologie, l’Institut Curie a fait du développement des essais précoces une priorité de son programme médico-scientifique qui vise à rapprocher chercheurs, médecins et patients autour de thématiques d’avenir de la cancérologie. L’expertise accumulée de l’Institut Curie via la RCP moléculaire en a fait un acteur essentiel dans plan France Médecine Génomique 2025 dans lequel la plateforme Séquoia qui rassemble l’APHP, Gustave-Roussy et l’Institut Curie a été l’une des 2 plateformes retenues au niveau national.

 

Relevance of a molecular tumour board (MTB) for patients’ enrolment in clinical trials: experience of the Institut Curie

Clémence Basse et coll. ESMO open