Actualité - Octobre rose

Un ruban rose pour sensibiliser au cancer du sein

Webmaster
29/09/2017
Partager
A l’occasion d’octobre rose, l’Institut Curie s’est enveloppé d’un immense ruban rose tricoté pendant l’été par plusieurs milliers de participants partout en France, dont plus de 200 associations.
Ruban inauguration

Le vendredi 29 septembre, la marraine de l’opération Sophie Thalmann et le Pr Pierre Fumoleau, directeur de l’ensemble hospitalier ont officialisé l’accrochage de plus de 40 000 carrés de laine rose de 10 x 10 cm tricotés. Au final le ruban mesure plus de 500 mètres de long !

« Du nord au sud de la France, en Bretagne, dans le Var, en Alsace, dans le Berry ou en Picardie, la mobilisation a été impressionnante et le défi a rassemblé des tricoteuses de 7 à 90 ans, se réjouit Quitterie Lanta, responsable de l’Espace Rencontre information à l’Institut Curie et organisatrice du défi. Nous avons même battu un record avec une commune de l’Essonne, Auvers Saint-Georges, qui nous a envoyé 7 000 carrés roses ! »

Après un très long travail d’assemblage ayant mobilisé de nombreuses bénévoles, l’œuvre collaborative a été installée le 29 septembre, en présence notamment de Sophie Thalmann, marraine de l’opération, accompagnée de patientes et d’associations ayant participé au défi. L’ex Miss France a rappelé que « nous connaissons tous une personne touchée par cette maladie. Cette création est un symbole pour rappeler l’importance du dépistage du cancer du sein, cancer le plus fréquent chez la femme ». Ce ruban rose hors du commun orne les hôpitaux de l’Institut Curie, à Paris et à Saint-Cloud. A l’occasion du début d’octobre rose, il est important de rappeler quelques chiffres.

54000
nouveaux cas estimés en France en 2015
63
l'âge moyen au diagnostic en France
86
le pourcentage de patientes en vie 5 ans après le diagnostic

Le dépistage est organisé de 50 à 74 ans avec une mammographie tous les 2 ans. Il répond aux objectifs avec 70 % de tumeurs diagnostiquées à un stade très précoce (moins de 2 cm et sans envahissement des ganglions, ce qui évite des traitements lourds tout en assurant une très grande probabilité de survie). Le taux de participation reste cependant insuffisant : 52,7 %, soit près de 2 500 000 femmes dépistées au cours de l’année.

Comme l’a rappelé le Professeur Pierre Fumoleau, « le dépistage est essentiel pour une meilleure prise en charge. Même si nous guérissons 85% des cancers détectés, le diagnostique peut toujours et encore être amélioré. » Le directeur de l’ensemble hospitalier a aussi rappelé le leadership de l’Institut Curie en cancer du sein, toujours très bien classé dans les palmarès des hôpitaux.

60 000 femmes ont été suivies pour un cancer du sein à l’Institut Curie depuis 30 ans. L’atout de ce grand centre européens de prise en charge est l’interactions fortes entre chercheurs et médecins qui appréhendent la pathologie sous tous les angles au bénéfice des patientes.

Merci à tous les participants et aux partenaires pour leur contribution au succès de cette opération !

 

Infographie tricot