Consultations et ponctions, pansements et prélèvements
Consultations et ponctions, pansements et prélèvements

Pas un mais des cancers du sein

Mathilde Regnault
23/03/2017
Partager
Le cancer du sein est une tumeur qui se développe à partir des cellules constituant la glande mammaire. Les cellules malignes se multiplient de façon anarchique et viennent former une tumeur. Mais sous cette description générale, se cachent plusieurs réalités. En effet, le cancer du sein est une maladie dite hétérogène : il existe plusieurs types de tumeurs, qui seront traitées différemment.

Tout dépend d’abord du stade auquel le cancer est détecté.

- Si les cellules cancéreuses sont confinées au niveau des canaux ou des lobules du sein, il s'agit d'un carcinome in situ.

- En revanche, si les cellules cancéreuses ont traversé la membrane dite "basale" des canaux  ou des lobules et ont envahi les tissus avoisinants, il s'agit d'un carcinome infiltrant. Les cellules cancéreuses peuvent se propager soit dans les ganglions situés sous l'aisselle, soit par voie veineuse. Il y a risque de développer des métastases.

Par ailleurs, les progrès récents en génomique (la science qui permet d’étudier un cancer à l’échelle du génome) permettent aujourd’hui de distinguer plsuieurs types de tumeurs.

- Le cancer de type luminal A ou B. Ce sont les formes les plus fréquentes. Le cancer se développe à partir des cellules épithéliales des canaux ou des lobules. Les cellules de type « luminal A » possèdent plus de récepteurs aux oestrogènes, tandis que les cellules de type "luminal B" possèdent un peu moins de récepteurs aux oestrogènes.

- Le cancer de type HER2+ : ces cellules cancéreuses présentent (davantage de) le récepteur HER2 à leur surface. Lorsqu’il est activé, ce récepteur provoque une prolifération importante des cellules.

- Le cancer de type basal-like : il est surnommé ainsi car ses cellules ressemblent aux cellules basales des canaux qui amènent le lait dans les canaux, par opposition aux cellules luminales.

- Le cancer de type triple-négatif : on parle de cancer triple-négatif lorsque les cellules cancéreuses n’ont pas de récepteurs aux oestrogènes et ne surexpriment pas HER2.

Déterminer le type de tumeur permet aujourd’hui de proposer des traitements plus adaptés.