To top
Équipe
ALBERTAS NAVICKAS
ARN, microenvironnement tumoral et métastase

La communication entre les cellules tumorales et la niche métastatique

La progression métastatique reste la raison principale de la mortalité chez les patients de cancer, avec les opportunités thérapeutiques actuellement limitées. Cela souvent est dû à la dissémination précoce des cellules cancéreuses, bien avant que les métastases apparentes puissent être détectées. Les différents types de cancer ont une capacité variée à coloniser des tissus différents, une observation derrière l’hypothèse « de la graine et du sol », qui a amené les concepts du microenvironnement tumoral et de la niche métastatique. Néanmoins, à cause de la détection et modélisation compliquées de la niche métastatique chez la souris, notre compréhension de la communication à distance entre les cellules tumorales et la niche métastatique reste incomplète.

Dans le laboratoire, nous combinons les organoïdes dérivés des cellules souches pluripotentes humaines et les techniques de la génomique fonctionnelle, y compris à l’échelle des cellules uniques, pour étudier les mécanismes liés à la biologie de l’ARN, impliqués dans l’établissement du microenvironnement tumoral pro-métastatique et de la niche métastatique.

Publications clés
Toutes les publications
Actualités
  • Albertas Navickas
    Albertas Navickas, les organoïdes pour mieux comprendre les métastases
    Récemment arrivé à l’Institut Curie, Albertas Navickas, nouveau Junior Principal Investigator, travaille sur le cancer du sein et s’apprête à constituer une équipe ARN, microenvironnement tumoral et métastase, rattachée à l’unité Intégrité du génome, ARN et cancer (CNRS UMR3348 / Université de Paris-Saclay), à Orsay.
    26/04/2022
Toutes les actualités
Offres d'emploi
Aucune offre d'emploi disponible.
Toutes les offres
Partenaires