Les cancers du sang et de la moelle osseuse

Céline Giustranti
22/03/2017
Partager
Leucémie, lymphome, myélome… Les cancers du sang et de la moelle osseuse recouvrent plusieurs pathologies demandant une prise en charge spécifique. Les spécialistes de l’Institut Curie proposent un parcours de soin adapté à chaque pathologie.
Cancer Adulte - Cancer sang et moelle
Aller directement à la section

Quels sont les cancers du sang ?

Le sang est constitué de différents composants.

  • Différents familles de cellules… :
    - Les globules rouges qui assurent le transport de l'oxygène.
    - Les plaquettes qui participent à la coagulation du sang.
    - Les leucocytes ou globules blancs qui assurent la défense contre les infections et se décomposent en plusieurs types : polynucléaires, lymphocytes/plasmocytes qui produisent les anticorps, et monocytes.
  • Le plasma : liquide qui contient différentes protéines et les cellules sanguines.

Les cellules sanguines naissent, se renouvellent et se développent dans la moelle osseuse puis passent dans le sang et/ou la lymphe et les ganglions lymphatiques. L'hématologie est une spécialité médicale qui s'intéresse à l'ensemble des maladies touchant les cellules du sang, qu’elles soient bénignes (anémie par exemple) ou malignes. L'onco-hématologie s'intéresse à toutes les formes de cancer touchant les cellules sanguines.

Les cancers hématologiques sont provoqués par la survenue  d’altérations dans des cellules sanguines : suivant la nature et le stade de maturation des cellules touchées, le cancer hématologique sera différent.

Les différents types de cancers du sang

Il existe différentes « familles » de cancers du sang qui se présentent, évoluent et se traitent de façon spécifique.

  • Les leucémies. Caractérisées par la présence anormale de cellules dans le sang, elles peuvent être aiguës, si elles évoluent rapidement, ou chroniques, elles sont alors généralement d'évolution lente. Survenant aussi bien chez les enfants que chez les adultes, ces maladies se développent d'abord dans la moelle osseuse et le sang puis peuvent envahir de nombreux organes (notamment les ganglions, le foie et la rate).
  • Les lymphomes. Ils se caractérisent par la prolifération des lymphocytes qui se développent dans les ganglions, le foie, la rate, plus rarement d'autres organes, et provoquent une augmentation de leur taille (adénopathies, hépatomégalie, splénomégalie). On distingue deux sortes de lymphomes : les lymphomes de Hodgkin et les plus fréquents, les lymphomes non-hodgkiniens, qui peuvent être agressifs ou indolents.
  • Les myélomes. Ils sont dus à la prolifération des formes les plus « mûres » des lymphocytes, que l'on appelle également plasmocytes et dont le rôle physiologique est de sécréter les anticorps. Chez les patients atteints de myélome, les plasmocytes anormaux produisent, en quantité excessive, un anticorps – on parle de pic monoclonal – mais également d'autres substances qui peuvent entraîner des destructions osseuses et des lésions rénales.

Le diagnostic repose sur un examen du sang et de la moelle osseuse (leucémie et myélome) ou sur une biopsie d’un ganglion qui sera réalisée par un chirurgien (lymphomes). Des examens d’imagerie – scanners et pet-scanners – sont ensuite pratiqués pour évaluer l’extension de la maladie dans l’organisme.

Chaque type de cancer du sang justifie des traitements spécifiques utilisant des médicaments très différents.

 

La prise en charge des cancers du sang et de la moelle à l’Institut Curie

Les patients atteints de cancers du sang peuvent être pris en charge sur l’un des deux sites de l'Institut Curie, à Paris, ou à Saint-Cloud, selon leur origine géographique. Une prise en charge pluridisciplinaire est systématiquement mise en place pour offrir le traitement le plus approprié. Chaque dossier est discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui réunit les médecins biologistes ayant examiné les prélèvements (moelle, sang ou ganglions), les radiologues et les hématologues. Les traitements proposés suivent les recommandations nationales ou internationales, si celles-ci sont clairement définies pour la maladie à prendre en charge en fonction de son stade d'évolution.

À l'heure actuelle cependant, la prise en charge des maladies hématologiques est de plus en plus personnalisée, axée sur des thérapies ciblées déjà commercialisées ou en cours de commercialisation. Dans ces cas, la prise en charge s’adapte aux connaissances médicales les plus récentes, basées sur des données validées par des publications, les spécificités de chaque personne et les caractéristiques biologiques de la maladie.

Depuis une dizaine d'années, le service hématologie de l'Institut Curie a développé une expertise dans le traitement des lymphomes du système nerveux central et de l'œil, avec la mise en place de protocoles spécifiques, adaptés à ces localisations très particulières de la maladie. Plusieurs protocoles sont développés à l'échelon national, à l'initiative du docteur Carole Soussain. L'Institut Curie coordonne avec l’hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP) le réseau de centres experts français, dénommé LOC et labellisé par l’INCa en 2013, pour cette maladie rare. A ce titre il assure l’organisation des soins et la promotion de la recherche. Une RCP du recours pour ces tumeurs rares a lieu tous les 15 jours sous l'égide de ce réseau. 
L'Institut Curie participe activement à de nombreux groupes coopérateurs impliqués dans la prise en charge et le développement des traitements des maladies hématologiques (LYSA, ALFA, IFM, FIM, PhiLMC, GFM).

 

La recherche sur les cancers du sang et de la moelle à l’Institut Curie

Le service d'hématologie de l’Institut Curie participe activement à la recherche clinique sur les différentes formes de cancers hématologiques. L’objectif est d’améliorer la connaissance et la prise en charge de ces maladies. En plus de son expertise pour certains lymphomes, l’Institut Curie développe plus spécifiquement d’autres thématiques de recherche médicale sur la prise en charge des leucémies aiguës secondaires aux chimiothérapies ou à la radiothérapie, la prise en charge des myélomes, la prise en compte de l'éthique et de l'efficience médicale par l'intervention active des patients dans leur prise en charge.

Parallèlement les hématologues collaborent avec certaines équipes de recherche fondamentale pour mieux comprendre la genèse des cancers du sang et notamment la nature des cellules à l’origine de leur développement.