Notre histoire

Nathalie Oudar
31/03/2017
Partager
L'Institut Curie est né de la volonté d'une femme, Marie Curie, et de l'importance d'une cause, la lutte contre le cancer.
Notre histoire - Marie Curie et Claudius Regaud

12 décembre 1909 : l'Université de Paris et l'Institut Pasteur décident de construire l'Institut du Radium pour Marie Curie lauréate en 1903 du prix Nobel de physique avec son mari Pierre Curie et Henri Becquerel, pour leurs travaux sur la radioactivité. Ce laboratoire sera érigé à quelques rues du "hangar" de l'Ecole de physique et de chimie industrielles où le couple Curie découvrit la radioactivité avec le polonium et le radium en 1898.

Objectif : l'étude de la radioactivité et de ses applications en physique, chimie, biologie et médecine. Grande nouveauté pour l’époque : l’Institut du Radium comprend le laboratoire Curie, dirigé par Marie Curie et entièrement consacré aux recherches en physique et chimie, et le laboratoire Pasteur, sous la direction du Dr Claudius Regaud, dédié à l'étude des effets biologiques et applications médicales de la radioactivité.

En 1911, alors que son futur laboratoire est en construction rue Pierre-Curie (Paris 5e), Marie Curie est une seconde fois lauréate du prix Nobel. Il s’agit cette fois-ci de celui de Chimie qu’elle reçoit pour avoir isolé le radium métallique et déterminé sa masse atomique. C’est, aujourd’hui encore, la seule femme deux fois prix Nobel. Dès la fin de la guerre, alors qu’ils s’installent dans leurs laboratoires respectifs, Marie Curie et Claudius Regaud proposent un projet de développement global pour l’Institut du Radium où recherche et applications thérapeutiques seront étroitement liées. Ce fameux continuum recherche-soins, élaboré par Marie Curie et Claudius Regaud, est toujours, un siècle plus tard, la marque de fabrique de l’Institut Curie qui s’appuie sur ce pilier fondamental pour innover.

Le Modèle Curie

La Fondation Curie, créée en 1920 sous le double patronage de l’Institut du Radium et de l’Institut Pasteur, avec le soutien financier d’Henri de Rothschild, est reconnue d'utilité publique l'année suivante. Son but est de financer les activités de recherche de l'Institut du Radium et permettre aux applications médicales d’être proposées aux patients dans de meilleures conditions. La Fondation Curie permet ainsi l’ouverture d’un dispensaire rue d’Ulm en 1922. En synergie avec le laboratoire Curie, le Dr Claudius Regaud et son équipe y mettent au point des traitements innovants, associant chirurgie et la toute nouvelle radiothérapie dans le traitement des cancers.

Ce centre pionnier de la radiothérapie devient immédiatement un modèle pour les nouveaux centres anti-cancéreux en France et à l’étranger. Le laboratoire Curie a une renommée internationale dans le domaine de la recherche en physique et chimie ; des chercheurs du monde entier viennent se former auprès de Marie Curie. En 1921, une collecte aux Etats-Unis permet d’offrir à Marie Curie un gramme de radium nécessaire à ses travaux de recherche. En 1929, un second gramme de radium est mis à sa disposition par des donatrices américaines ; elle en fait don à l'Université de Varsovie (Pologne). En 1934, peu de temps avant sa mort, sa fille, Irène Curie et son gendre, Frédéric Joliot-Curie synthétisent, à l’Institut du Radium, de nouveaux éléments radioactifs. La radioactivité, dite « artificielle », sera un levier phénoménal pour les utilisations scientifiques et médicales des rayonnements telles que l’imagerie, le diagnostic, la radiothérapie… et leur vaudra le prix Nobel de Chimie en 1935. A la même période, l'afflux de malades au dispensaire est tel qu'un hôpital devient indispensable. Il verra le jour en 1936 grâce à des dons et une subvention de l'Etat et sera agrandit 10 ans plus tard grâce à un don canadien anonyme. A la fin des années 1950, ce sont de nouveaux laboratoires de physique nucléaire puis de radiobiologie qui s’installent à Orsay (Essonne), à l’initiative d’Irène et Frédéric Joliot-Curie.

L'Institut du Radium et la Fondation Curie fusionnent en 1970 pour former l'Institut Curie à triple vocation : recherche, enseignement et soins. Depuis, d’importantes achats immobiliers, construction et rénovations permettent d’adapter les laboratoires et les espaces hospitaliers aux besoins de la recherche et des patients. Citons la Maison des Parents Irène-Joliot-Curie (1989), la médicalisation du synchrocyclotron en un Centre de Protonthérapie (1992) ou encore le Pôle de Biologie du Développement et Cancers (2008) qui accueille de nouveaux laboratoires. Au 1er janvier 2010, l'Institut Curie et le centre de lutte contre le cancer René Huguenin (Saint-Cloud ; Hauts-de-Seine) fusionnent pour répondre aux enjeux de la cancérologie.

Acteur de référence de la lutte contre le cancer, l’Institut Curie associe désormais un centre de recherche de renommée internationale et un ensemble hospitalier de pointe qui prend en charge les patients atteints de cancers y compris les plus rares. Implanté sur 3 sites (Paris, Saint-Cloud et Orsay), il est fort de plus de 3 300 chercheurs, médecins et soignants autour de ses 3 missions : soins, recherche et enseignement. Le projet architectural ambitieux avec un nouvel hôpital à Saint-Cloud en 2020 et des laboratoires entièrement repensés sont aujourd’hui des leviers au service du projet d’établissement MC21, pour Marie Curie 21e siècle, pour le plus grand bénéfice des patients.