Pour aller plus loin
equipe

La réunion de concertation pluridisciplinaire

Maria Lesnik
26/03/2020
Partager
Après vous avoir vu en consultation, et une fois qu’il a récupéré l’ensemble des examens complémentaires et les résultats de la biopsie, avec votre accord, votre médecin présentera votre dossier qui sera discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP).

Il s’agit d’une discussion collégiale, en présence de l’ensemble des spécialistes susceptible d’intervenir dans la prise en charge : chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes, radiologues, anatomopathologistes. Si cela est nécessaire, d’autres spécialistes et  professions engagées dans le soin peuvent intervenir : médecins gériatres, diététiciens, psychologues ou psychiatres.

L’ensemble des éléments du dossier sont discutés : l’état général du patient, ses antécédents, le type de tumeur, sa localisation et son degré d’évolution.

 La prise en charge globale des patients atteints de cancers ORL repose sur des référentiels de traitements partagés par les médecins de l’équipe, en accord avec les règles de bonnes pratiques et les protocoles internationaux. Leur objectif est de traiter de la manière la plus efficace le cancer, en gardant toujours à l’esprit la qualité de vie du patient : l’enjeu est d’éliminer le cancer ou de freiner sa progression tout en préservant autant que possible les fonctions respiratoires, la voix, l’alimentation et le schéma corporel. Les médecins privilégient, quand cela est possible, les traitements qui conservent l’organe malade.

A l’issue de la discussion, une stratégie de traitement, la plus adaptée possible, est proposée. Elle est ensuite expliquée et proposée au patient lors de la consultation d’annonce.

Les différentes modalités de traitement peuvent être définies en grands groupes généraux :

Ces différents traitements des cancers ORL sont souvent combinés, en parallèle ou successivement, selon des référentiels regroupant des protocoles consensuels de prise en charge.

En règle générale :

Pour les carcinomes épidermoïdes, les plus fréquents des cancers ORL, si la tumeur mesure moins de 4 cm et que les ganglions ne sont pas envahis, elle sera retirée par chirurgie. Dans les cas où elle ne serait pas accessible aux instruments chirurgicaux, une radiothérapie sera pratiquée.

Si la tumeur primitive fait plus de 4 cm et/ou que les ganglions sont atteints, un traitement par chirurgie suivi de radiothérapie avec ou sans chimiothérapie associée sera proposé, si un geste chirurgical est faisable. Sinon, le traitement sera une association de radiothérapie et de chimiothérapie.

Pour les cancers du cavum, inaccessibles à la chirurgie, si les ganglions ne sont pas atteints, le traitement pourra se limiter à une radiothérapie. Si les ganglions sont affectés, le traitement sera une radio-chimiothérapie concomitante, parfois précédée d’une chimiothérapie dite d’induction.

Pour d’autres types de cancers, plus rares, les stratégies de traitement se font selon les référentiels spécifiques.

L’Institut Curie, acteur majeur de la recherche contre le cancer, est également le lieu de nombreux essais de thérapies innovantes. La participation à un essai peut vous être proposée, l’objectif étant toujours de vous proposer les meilleurs traitements selon les connaissances actuelles.

Les soins de support tiennent aussi une place importante à l’Institut Curie, et notamment dans le traitement des cancers ORL, aux stades précoces mais surtout avancés, qui peuvent peser lourdement sur la santé psychologique, impactant particulièrement la vie sociale et les habitudes de vie de patients. Comme les traitements peuvent affecter les capacités d’alimentation des patients, une consultation avec une diététicienne est toujours prévue. Une prise en charge des addictions est également proposée, ainsi que l’aide d’une assistante sociale en cas de besoin.