Les premières vibrations de l’univers, et la quête des premiers amas de galaxies

Alizée Lacroix
13/12/2018
Partager
Inspiration issue des travaux de recherche du Pr Hervé Dole, professeur d'astrophysique à l'Institut d’Astrophysique Spatiale (CNRS & Université Paris-Sud).
Les premières vibrations de l’univers

Le satellite Planck a été lancé en 2009 pour mesurer avec une précision sans précédent les propriétés de la lumière du rayonnement fossile – aussi appelé fond diffus cosmologique, sorte d’écho lumineux du Big Bang qui traduit ses premières vibrations. Les scientifiques de la collaboration Planck ont publié deux séries de résultats cosmologiques, parmi lesquels les mesures les plus précises jamais obtenues de l’âge de l’Univers et sa composition globale. De plus, les données apportent un éclairage nouveau sur deux périodes particulièrement énigmatiques : l’inflation juste après le Big Bang et la sortie des âges sombres quand les premières étoiles et galaxies se sont formées. L’analyse des données Planck révèle, en outre, une mine d’informations impressionnantes concernant la formation des grandes structures : amas de galaxies, galaxies.

Dans ce cadre, le Professeur Hervé Dole a mené des travaux de recherche en vue de découvrir les premiers amas de galaxies (grandes structures composées de galaxies, de matière noire, de matière traditionnelle notamment).

Les premières vibrations de l’univers

Image du ciel observé par Planck en polarisation, et révélant notre Voie Lactée, et les vibrations de l’univers jeune. © ESA & the Planck Collaboration.

Ces premières grandes structures sont issues des premières vibrations de l’univers. Les relations entre musique et astrophysique et cosmologiques sont donc potentiellement fructueuses. Les autres résultats importants de Planck proviennent des premières vibrations de l’univers. Ces vibrations (les astrophysiciens utilisent le terme d’« oscillations acoustiques ») dans l’univers jeune encore composé de plasma chaud se retrouvent dans la lumière que nous observons aujourd’hui. Ce rayonnement fossile, ou rayonnement cosmologique, des débuts de l’univers est scruté de nos jours par les satellites puisqu’il nous renseigne sur les tous premiers instants de l’univers et ses processus physiques.

L’ensemble de ces découvertes est résumé dans le livre Le côté obscur de l’univers (2017, Dunod). Tous ces aspects sont également susceptibles de susciter une interprétation musicale.

 

L'image du titre est tirée du communiqué de presse ESA sur les travaux du Pr Hervé Dole concernant la découverte de candidats amas de galaxies très lointains. En bas au milieu la totalité du ciel observé par Planck à 545 GHz, avec en points rouges les candidats identifiés, puis observés par Herschel. Tout autour quelques images de Herschel, avec les contours de densité de galaxies.

©!Dole, Guéry, Hurier, ESA, Planck Collab., HFI consotrium, IAS, CNES, univ. Paris Sud, CNRS