Actualité - ASCO

Nanomédicaments et nouvelles thérapies ciblées : les avancées de l’Institut Curie à l’ASCO 2021

Elsa Champion
02/06/2021
Partager
Rendez-vous annuel international et incontournable de la communauté scientifico-médicale en cancérologie, le congrès de l’American Society of Clinical Oncolgy se déroulera du 4 au 8 juin, cette année encore dans un format virtuel.
ASCO 2021 IC

Extraits choisis des résultats innovants et prometteurs qui seront exposés par les chercheurs et médecins de l’Institut Curie.

 

Nanoparticules : innocuité sur le long terme et efficacité dans les cancers ORL

 

Les nanoparticules d’hafnium (NBTXR3, développées par la société Nanobiotix) augmentent l’impact de la radiothérapie. Une fois injectées dans la tumeur, ces nanoparticules démultiplient l’effet des rayonnements grâce à un mécanisme purement physique. Les rayons interagissent avec l’hafnium en générant neuf fois plus de radicaux libres qu’avec la radiothérapie seule et ces composés produits détruisent les cellules tumorales.

En 2019, le Pr Sylvie Bonvalot, chirurgienne oncologue, spécialiste des sarcomes des tissus mous à l’Institut Curie, avait mis en évidence l’efficacité des nanoparticules dans les sarcomes des tissus mous. Mais qu’en est-il de la toxicité à long terme ? Aujourd’hui, elle présente des travaux de sécurité à long terme qui montrent qu’il n’y a pas de différence de toxicité entre l’ajout de NBTXR3 à la radiothérapie et la radiothérapie conventionnelle. Associés aux données d'efficacité, ces résultats montrent une balance bénéfice/risque favorable.

La chirurgie et la radiothérapie guérissent la moitié des cancers et il est primordial de disposer de traitements loco régionaux les plus optimaux

Nos données sur l’innocuité à long terme des nanoparticules sont d’autant plus prometteuses que ces nanomédicaments sont en cours d’évaluation dans de nombreuses autres localisations ou sous types histologiques notamment en ORL à l’Institut Curie.

Déclare le Pr Sylvie Bonvalot.

C’est en effet le cas des travaux menés au sein du département d’Essais cliniques précoces de l’Institut Curie dirigé par le Pr Christophe Le Tourneau. Seront exposés à l’ASCO les résultats d’une étude menée sur des patients atteints de cancers ORL.

L’utilisation des nanoparticules NBTXR3 s’est révélée efficace chez des patients disposant d’options thérapeutiques peu satisfaisantes. Ces nouveaux résultats sont prometteurs et nous ont incité à mettre en place un essai clinique de phase 3 sur un plus grand nombre de patients 

Eplique le Pr Christophe Le Tourneau.

> Poster session “Sarcoma”
Abstract 11544 : Long-term evaluation of the novel radioenhancer NBTXR3 plus radiotherapy in patients with locally advanced soft tissue sarcoma treated in the phase II/III Act.In.Sarc trial.

> Poster session “Head and Neck cancer”
Abstract 6051 : Phase I study of functionalized hafnium oxide nanoparticles (NBTXR3) activated by radiotherapy in cisplatin-ineligible locally advanced HNSCC patients.

 

Immunothérapie et nanomédicament : une association qui a de l’avenir

 

En stimulant les défenses de l’organisme, l’immunothérapie aide à lutter contre la tumeur.

30 %
des patients bénéficient de l’immunothérapie aujourd'hui et les enjeux sont considérables pour en augmenter l’efficacité.

Pour amplifier les bénéfices de l’immunothérapie, les médecins explorent les effets des associations de traitements Dans ce contexte, le Pr Nicolas Girard, oncologue pneumologue à la tête de l'Institut du Thorax Curie – Montsouris, présente les résultats d’une étude menée chez des patients atteints de plusieurs types de cancers et qui associe l’immunothérapie avec un nanomédicament anti-angiogénique. Ce nanobody - un anticorps dix fois plus petit qu’un anticorps conventionnel capable de cibler des éléments intracellulaires - agit en détruisant les vaisseaux sanguins autour de la tumeur en l’« asphyxiant ». L’essai clinique révèle un bon profil de sécurité et montre une activité anti-tumorale préliminaire dans différents types de tumeurs.

« L’originalité de notre étude, repose sur une combinaison inédite de traitements et sur le fait qu’elle ait été menée sur plusieurs types de cancers. Je suis convaincu que c’est sur ce genre d’associations de traitements que repose l’avenir de l’immunothérapie » s’enthousiasme le Pr Nicolas Girard qui sera par ailleurs Invited discussant pour les cancers bronchiques avec mutation de l’EGRF à l’ASCO cette année.

Poster session “Developmental Therapeutics – Immunotherapy”
Abstract 2579 : Phase Ib study of BI 836880 (VEGF/Ang2 nanobody) plus ezabenlimab (BI 754091; anti-PD-1 antibody) in patients (pts) with solid tumors.

Cancers pédiatriques : une nouvelle thérapie ciblée dans les tumeurs du système nerveux central

Le Larotrectinib est un médicament ciblant une altération moléculaire très spécifique et très rare : la fusion des gènes NTRK. Déjà utilisé aux Etats-Unis, ce médicament a prouvé son efficacité dans certaines localisations mais il n’existe que très peu de données sur les tumeurs du système nerveux central (SNC). Une étude multicentrique internationale menée chez 33 patients (majoritairement des enfants) atteints de tumeurs primitives du SNC montre des résultats positifs et durables obtenus avec le larotrectinib en terme de réponse et de survie chez les enfants dont la tumeur présente cette fusion NTRK.

Les résultats que nous exposons cette année à l’ASCO sont encourageants, ils justifieront le dépistage systématique de la fusion NTRK dans des tumeurs gliales de l’enfant et l’utilisation de ce nouveau médicament en première ligne dans des tumeurs cérébrales rares.

Conclut le Pr. François Doz, Directeur adjoint pour la recherche clinique, l’innovation et l’enseignement du centre SIREDO (soins, innovation, recherche en cancérologie de l’enfant, l’adolescent et l’adulte jeune) et dernier auteur de l’étude en question.

Oral Abstract Session – Central nervous system tumors 
Abstract 2002 : Efficacy and safety of larotrectinib in adult and pediatric patients with tropomyosin receptor kinase (TRK) fusion-positive primary central nervous system (CNS) tumors.

 

En savoir plus sur le congrès annuel de l’ASCO 2021
 

A propos de l’Institut Curie

L’Institut Curie, 1er centre français de lutte contre le cancer, associe un centre de recherche de renommée internationale et un ensemble hospitalier de pointe qui prend en charge tous les cancers y compris les plus rares. Fondé en 1909 par Marie Curie, l’Institut Curie rassemble sur 3 sites (Paris, Saint- Cloud et Orsay) 3 600 chercheurs, médecins et soignants autour de ses 3 missions : soins, recherche et enseignement. Fondation privée reconnue d’utilité publique habilitée à recevoir des dons et des legs, l’Institut Curie peut, grâce au soutien de ses donateurs, accélérer les découvertes et ainsi améliorer les traitements et la qualité de vie des malades. 

Aller plus loin

Contacts presse :
Laure Calixte
: laure.calixte@havas.com - 06 33 81 81 17
Elsa Champion : elsa.champion@curie.fr - 07 64 43 09 28