preparation-chimioT

Stimuler le système immunitaire

Céline Giustranti
23/03/2017
Partager
L’immunothérapie non-spécifique est peut-être le plus ancien des concepts d’immunothérapie. Son principe est relativement simple : "booster" le système immunitaire. Cette sur-activation augmente la probabilité qu’il s’attaque aux cellules cancéreuses.

Les pistes se sont rapidement orientées vers la stimulation par une famille de molécules, les cytokines.

Ces molécules produites par les cellules du système immunitaire contrôlent l’activité d’autres cellules de l’immunité. Elles jouent un rôle crucial dans la signalisation et la communication entre les différents protagonistes de la réponse immunitaire, leur activation et leur prolifération.

Administrées seules ou associés à d’autres traitements, deux types de cytokines sont capables de stimuler l’immunité contre les cancers : les interférons et les interleukines. Ils peuvent par ailleurs être fabriqués en laboratoire.

L'interféron est prescrit dans le traitement de leucémies, de lymphomes, de certaines formes de cancer de la moelle osseuse ou de mélanome de la peau. Quant à l'interleukine 2, elle est préconisée dans le traitement de certains cancers du rein et certains mélanomes.

"Toutefois, la réponse immunitaire qu’elles induisent reste peu spécifique : elle agit à l’aveugle, sans cibler uniquement les cellules tumorales et présente des effets secondaires importants tels des nausées, de la fièvre", note le Dr Delphine Loirat, oncologue médicale, spécialiste des essais clinique en immunothérapie.