Xose Fernandez

Trois questions à Xosé Fernandez, directeur des data à l'Institut Curie

Emilie Gillet
15/05/2019
Partager
Xosé Fernández a rejoint l’Institut Curie en juin 2017, en tant que Directeur des Data. Sa mission ? Structurer la gestion et l’utilisation des bases de données de l’Institut, pour obtenir un nouvel éclairage sur les maladies et, ainsi, faire progresser les traitements.

Quelle est l’importance des data à l’Institut Curie ?

Dès l’an 2000, l’Institut Curie a commencé à numériser les dossiers médicaux de ses patients, et en 2004 nous avons complètement abandonné le papier : données personnelles, comptes rendus d’examens, d’opérations, analyses génétiques… mais aussi toutes les données issues de la recherche, tout est informatisé ! Nous avons été le premier centre français de lutte contre le cancer à adopter cette stratégie du ”tout numérique“, puis à créer une Direction des data.

Vous dirigez cette Direction des data. Quels sont ses rôles ?

L’objectif principal est de tisser des liens étroits entre la clinique et la recherche, c’est-à-dire permettre aux chercheurs d’utiliser ces données au mieux pour découvrir de nouvelles pistes thérapeutiques, par exemple, ou optimiser le diagnostic des cancers. Pour cela, nous devons réfléchir à la meilleure façon de classer ces données, de les structurer, afin qu’elles soient accessibles le plus facilement possible.

Vous réfléchissez aussi aux outils à développer pour les analyser…

Oui, grâce à des partenariats avec d’autres équipes de recherche mais aussi avec des entreprises privées, nous mettons au point des outils d’intelligence artificielle pour exploiter au mieux ce volume considérable d’informations. En parallèle, nous travaillons à la rédaction d’une charte qui définira précisément la protection de ces données et les utilisations que nous pouvons en faire. Grâce aux data et à l’intelligence artificielle, nous sommes à la veille d’une grande révolution dans la prise en charge des cancers.

72
Projets de recherche portant sur les données de santé ont été évalués par l’équipe data de l’Institut Curie